Categorie Témoignage

Le journal d’Anne Frank


Le journal d'anne frank Titre : Le journal d'Anne Frank
Titre original : De dagboeken van Anne Frank
Auteur : Anne Frank
Édition et Parution : Le livre de poche, 2009
Nombre de pages : 325

Quatrième de couverture : Anne Frank est née le 12 juin 1929 à Francfort. Sa famille a émigré aux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu'en 1942, malgré la guerre. Le 6 juillet 1942, les Frank s'installent clandestinement dans " l'Annexe " de l'immeuble du 263, Prinsengracht. Le 4 août 1944, ils sont arrêtés sur dénonciation. Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus en février ou mars 1945, peu après sa sœur Margot. La jeune fille a tenu son journal du 12 juin 1942 au 1er août 1944, et son témoignage, connu dans le monde entier, reste l'un des plus émouvants sur la vie quotidienne d'une famille juive sous le joug nazi.
Lire plus

On m’a volé ma vie de Jaycee Dugard

on m'a volé ma vie Jaycee Dugard Titre : On m'a volé ma vie
Titre original : A stolen life
Auteur : Jaycee Dugard
Edition et Parution : Michel Lafon, 2013
Nombre de pages : 300

Quatrième de couverture : Le 10 juin 1991, Jaycee Dugard se rend seule à l'arrêt du bus scolaire. À tout juste onze ans, elle est enlevée sur le chemin par Phillip Garrido, un délinquant sexuel récidiviste d'une quarantaine d'années. Avec la complicité de son épouse Nancy, celui-ci l'enferme dans un minuscule cabanon au fond de son jardin et la viole fréquemment. Jaycee tombe enceinte pour la première fois à l'âge de treize ans. Elle donnera naissance à deux filles. Durant plusieurs années, l'adolescente sera aussi l'esclave domestique de son ravisseur et travaillera dans son imprimerie sans jamais révéler son identité. La police la cherche en vain. Il faudra attendre 2009 pour que Phillip Garrido finisse par se trahir et que les Américains découvrent avec horreur les dix-huit années de calvaire de la jeune fille. Le bourreau sera arrêté et condamné à perpétuité lors de son procès en 2011. Jaycee vit aujourd'hui dans un lieu tenu secret avec sa mère, sa demi-sœur et ses deux filles. À travers ce témoignage bouleversant, elle retrace l'enfer de sa captivité et nous offre une formidable leçon de courage.
Lire plus

Du paradis à l’enfer : 23 ans chez les Témoins de Jéhovah de Michèle Bastin

Titre : Du paradis à l’enfer: 23 ans chez les Témoins de Jéhovah
Auteur : Michèle Bastin
Edition et parution : Jourdan (Documents actua), 2007
Nombre de pages : 261

Quatrième de couverture : Après avoir passé 23 ans chez les Témoins de Jéhovah, l’auteur nous livre un témoignage bouleversant, cruel de vérité et de réalisme, sur son quotidien au sein de cette communauté. Pourquoi devient-on Témoin de Jéhovah Qui sont-ils exactement Comment agissent-ils Avec Michèle Bastin, nous entrons dans cet univers inconnu et terrifiant fait de préceptes et d’interdits. Avec elle, nous refaisons tout le parcours depuis que, jeune femme abandonnée enceinte et affaiblie psychologiquement, elle a cru trouver réconfort et protection parmi ses « Frères et Soeurs » jusqu’à  son départ, 23 ans après, écoeurée parle mode de fonctionnement de ceux qui se disent les « Soldats de Dieu ». Dans un style alerte, sans pudeur, elle revient sur de nombreux épisodes, certains aussi douloureux que la perte de deux de ses enfants dans un accident de voiture, son refus de transfusions sanguines ou encore sur la rupture avec l’une de ses filles, toujours membre de l’Organisation. Elle parle pour qu’enfin, chacun connaisse de l’intérieur cette communauté religieuse.

Infos : En plus de son roman, Michèle Bastin a aussi témoigné dans de nombreuses émissions télévisées telles que « Toute une histoire » et « ça se discute » sur France 2, « Sans aucun doute » sur TF1, ou encore dans « L’écran témoin » sur la RTBF. A savoir aussi que ce livre est aussi paru sous le nom de « L’Enfer au Paradis : 23 ans chez les témoins de Jéhovah ».

 

Mon avis :

Je me suis toujours demandée qu’elle sorte de vie mènent ces illuminés qui viennent me réveiller de temps en temps le dimanche matin pour m’annoncer que la fin du monde est pour demain ! Cette autobiographie a répondu à de nombreuses questions que je me posais sur les témoins de Jéhovah.

Le témoignage de Michèle Bastin est bouleversant et révoltant ! Grace à  ce livre, elle nous explique la vie qu’elle a eu au sein de la communauté Jéhovah… Elle y à  laisser du temps, de l’argent et surtout sa fille ainée qui refuse et/ou à  l’interdiction de la côtoyer parce que Michèle à quitté la secte.

Michèle s’est laissée enrôlée dans une période de sa vie où elle était perdue et désespérée. Tout d’abord abandonnée enceinte par son compagnon, elle a ensuite subit la perte tragique de ses deux enfants dans un accident de voiture ! Dans cette période terrible de sa vie, Michèle trouve du réconfort et du soutien auprès de connaissances Témoins de Jéhovah. Ils deviendront petit à petit ses nouveaux frère et soeurs… Elle finira bien des années plus tard par se rendre compte que l’emprise psychologique exercée sur elle l’aura enfermée dans cette secte pendant 23 longues années !

Dans ce livre, Michèle nous livre sans pudeur, ses sentiments vis-à -vis de cette communauté. On y apprend leurs techniques pour enrôler de nouveaux adeptes, mais aussi qui ils sont exactement et quels sont leurs préceptes et leurs interdits ! Il y a des choses qui m’ont laissée bouche-bée et d’autres qui m’ont surprises.

Je comprends mieux à  présent, pourquoi certaines personnes succombent plus facilement que d’autres à cette secte (ou a d’autres…). Les Jéhovah ont la technique pour repérer une personne faible psychologiquement. Ils parviennent à s’immiscer dans sa vie subtilement en y allant tout doucement pour ne pas la brusquer. S’en suit alors l’étude de leurs écrits et l’instruction de leur dogme, pour finalement ne plus vivre qu’à travers la vision du monde des Jéhovah !

Ce livre doit être lu par tous pour que son témoignage ne soit pas vain !

Ma Note : …/10 Désolée mais je ne préfère pas noter les histoires vraies qui relatent de telles souffrances, je ne les note pas par respect pour ces personnes ainsi que pour leur histoire vécue… Merci de votre compréhension.

Enregistrer

Enregistrer

Lire plus

La force d’avancer de Melody Moore

Titre : La force d'avancer
Auteur : Melody Moore
Édition et Parution : Les nouveaux auteurs, 2011
Nombre de pages : 242

Quatrième de couverture : A la quarantaine, Melody entreprend un long cheminement dans les dédales de son passé pour mieux analyser les raisons de son morcellement intérieur. Élevée dans un milieu bourgeois des années soixante-dix au sein d une fratrie féminine, entourée d une mère dépressive et d un père impulsif, son enfance reste essentiellement marquée par les tabous, les agressions sexuelles transgénérationnelles, les non-dits, la solitude et le silence. De souffrances morales en somatisations, de réminiscences en prises de conscience, Melody comprendra qu elle a subi un inceste à l'âge de 8 ans. Animée d une force de vie et d un courage hors pairs, elle est désormais sur le chemin de la résilience et de l équilibre intérieur.
Autobiographie poignante plébiscitée par un comité grand public.
Lire plus

Témoigner : Paroles de la Shoah de Joshua Greene & Shiva Kumar

Titre : Témoigner : Paroles de la Shoah
Titre original : Witness, voices from the Holocaust
Auteur : Joshua Greene & Shiva Kumar
Edition et parution : Flammarion, 2000
Nombre de pages : 295

Quatrième de couverture : Ces témoignages viennent du ventre. Tantôt touchants, tantôt effarants, ils donnent corps à une mémoire, à une histoire que le temps a parfois vidée de son contenu réel. Dans une brume pourtant macabre, ce sont bel et bien des histoires d’hommes que nous conte cet ouvrage. Comme un acte de résistance contre une machine qui voulut fondre l’idée même d’individu en une masse informe et désincarnée. Et si ce recueil n’est pas toute la Shoah, il à le mérite de souligner combien celle-ci fut fondatrice du devenir de tous ses survivants. 27 témoignages sont ici compilés dans un récit à plusieurs voix qui redéfinit, sans jugement de valeur objectif, la complexité de ce que fut l’holocauste. Où l’on découvre que la survie des déportés peut s’avérer pire que la détention elle-même.

L’ouvrage percute par la force des détails captés pendant leur déportation par les témoins, par celle des images qui s’impriment à vie dans une mémoire. La langue y est simple, dure, implacable. Comme celle de Bessie, 19 ans, qui, lors d’une rafle, se vit arracher des bras par un officier SS l’enfant qu’elle venait de mettre au monde… J-S Félix

 

Mon avis :

Ce livre est tiré du film éponyme, ce dernier contient plusieurs heures de témoignages vidéo provenant du « Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies » de l’Université de Yale, l’une des plus ancienne collection d’archives sur ce sujet dans le monde. Ils ont recueilli pendant presque vingt ans des milliers d’heures de témoignages à travers une douzaine de pays. Il est d’ailleurs possible de trouver les témoignages vidéo sur internet.

Ce recueil est en fait le condensé d’une infime partie de ces témoignages sur la deuxième guerre mondiale. Les auteurs nous expliquent d’ailleurs très bien dans leur introduction à quel point ce ne fut pas une tâche difficile pour eux étant donné le nombre incroyable de témoignages existants. Ils ont finalement retenu vingt-sept témoignages sur les cent témoins qu’ils avaient retenus initialement.

Ce livre est divisé en plusieurs chapitres regroupant les témoignages par sujet : Les ghettos, la déportation et l’arrivée, les camps, etc.
Le tout a été rédigé avec une extrême justesse par les auteurs, de même que les témoignages ont été retranscrits sans aucune modification par rapport aux originaux. De plus, des photos d’époque ainsi que des images de documents sont éparpillées un peu partout dans le livre ce qui apporte un gros plus à cet ouvrage.

Il faut tout de même que je précise que j’ai eu quelques difficultés à lire ce livre car les témoignages d’une même personne sont disséminés un peu partout dans le livre. Il n’est donc pas évident de de souvenir qui est qui et qui a fait quoi ! La difficulté est encore plus grande quand les prénoms sont les mêmes et qu’il n’y a que l’initiale du nom qui change ! J’étais un peu paumée lors de ma lecture et par moment ça m’a vraiment dérangée.

Il n’empêche que ce recueil est particulièrement émouvant et que chacune des histoires personnelles racontées par les témoins sont poignantes et très dures à  lire. Je vous le conseille absolument !

 

Note : Désolée mais je ne préfère pas noter les histoires vraies qui relatent de telles souffrances, je ne les notent pas par respect pour ces personnes ainsi que pour leur histoire vécue… Merci de votre compréhension.

Lire plus

Médecin à Auschwitz de Miklos Nyiszli

Titre : Médecin à Auschwitz
Titre original : Dr Mengele boncoloorvosa voltam az Auschwitzi krematoriumban
Auteur : Miklos Nyiszli
Edition et parution : J’ai lu, 1961
Nombre de pages : 184

Quatrième de couverture : Au nombre des Juifs polonais déportés qui arrivèrent en mai 1944 à  Auschwitz, se trouvait le Dr Miklos Nyiszli, médecin légiste de Budapest. Le Dr SS Mengele, médecin-chef du camp, un des plus grands criminels de l’Histoire, avait alors besoin d’un anatomiste expérimenté pour procéder à  la dissection des malheureux sur lesquels il pratiquait ses monstrueuses expériences. Au lieu de passer à la chambre à gaz, le Dr Nyiszli fut donc nommé médecin légiste des commandos spéciaux des crématoriums. Ces commandos jouissaient d’un traitement de faveur, mais ils savaient qu’ils seraient « relevés » au bout de quatre mois, c’est-à-dire massacrés. Or, le Dr Nyiszli échappa par miracle à l’extermination des détenus d’Auschwitz, extermination qui s’étendit même aux SS gardiens du camp. Il put ainsi apporter un témoignage dont la précision et l’objectivité atteignent, dans leur dépouillement, le sommet de l’horreur.

 

Extrait choisi :

« Dans mon logement, je ne trouve pas ma place. Je vais et je viens sans but entre des murs muets. Mon passé est chargé de souvenirs sanglants et de chagrins profonds tandis que l’avenir m’apparaît sombre. Comme si j’étais mon propre fantôme, j’erre, inquiet, dans les rues autrefois familières. Je ne suis secoué de ma profonde léthargie que lorsqu’il me semble rencontrer les miens parmi les passants.

Je supporte sans plaintes les douleurs de ma maladie et, prostré, je compte les mois qui passent ; nous sommes en octobre, déjà six mois se sont écoulés depuis ma libération. Frileux, je m’assieds un après-midi près de ma cheminée et dans l’obscurité de la pièce j’essaye de trouver un peu de soulagement dans le rayonnement du foyer.

C’est l’heure crépusculaire et je laisse errer mes pensées sur tout ce que j’ai vécu. La sonnerie retentit et tout de suite après la porte s’ouvre. Ma femme et mon enfant entrent. Elles ont été libérées dans le fameux camp d’anéantissement de Bergen-Belsen et c’est de là qu’elles reviennent en bonne santé.

Elles n’ont pu raconter que cela ; ensuite, elles n’ont cessé de sangloter durant des heures. Je n’ai pas essayé d’arrêter leurs pleurs. Tant de souffrances, tant de peines refoulées ne pouvaient être contenues plus longtemps. Nous nous comprenions sans rien nous dire, et ce que nous éprouvions ne pouvait pas se dire avec des mots.

Maintenant, la vie reprend tout à coup un sens. Je recouvre mes forces et un vaste champ d’action s’ouvre devant moi. Je vais travailler de nouveau. Ce sera désormais pour quelqu’un et pour quelque chose. Comme ce sera bon de pouvoir maintenant soulager les autres! Mais je ne veux plus jamais disséquer de cadavre. »

Miklos Nyiszli

 

Mon avis :

Une autobiographie bouleversante d’un médecin juif hongrois déporté à Auschwitz avec sa femme et sa jeune fille!

Passée l’épreuve de la sélection, Miklos Nyszli devient le médecin légiste des commandos spéciaux des crématoriums, sous les ordres du Dr SS Mengele, médecin-chef du camp. Le docteur Miklos devait autopsier les cadavres sur lesquels Mengele avait juste auparavant pratiqué ses recherches soi-disant scientifiques, mais s’apparentant plutôt à des tortures !

J’ai lu ce livre d’une traite, avec une boule terrible au ventre tout au long de ma lecture ! Ce roman est vraiment bien écrit et je me suis laissée emportée par l’histoire terrible de ce médecin plongé dans l’enfer des camps d’extermination nazis. Certains passages sont vraiment effroyables et relatent avec beaucoup de réalisme des fragments de la vie quotidienne du camp.

Il faut souligner que le docteur Nyszli est l’un des rares survivants à avoir vu les chambres à gaz, les fours crématoires et tout le processus de cette mise à mort volontaire en marche. Car les groupes commandos n’avaient une espérance de vie que de trois mois, ils étaient ensuite tous liquidés pour éviter de laisser des témoins si la guerre viendrait à se terminer. L’auteur nous explique donc l’arrivée des convois, la manière dont ces personnes étaient sélectionnées et sous quels critères par le Dr Mengele.

Ce médecin maudit désignait les hommes qui allaient travailler dans le camp, ceux qui pouvaient lui servir de cobayes (en particulier les jumeaux) et enfin ceux qui seraient irrémédiablement envoyés vers la mort. Pour ces derniers nous avons de passages particulièrement atroces, l’attente interminable dans le froid, le déshabillage, le rasage, l’avancée vers ces douches trompeuses et lugubres, le moment ou les lumières s’éteignent pour ne plus jamais se rallumer et enfin l’ouvertures des portes donnant sur un amoncellement de cadavres enchevêtrés les uns aux autres auxquels les commandos doivent d’abord enlever les dents en or pour ensuite les consumer dans les fours ou dans des fosses ! Et je vous épargne tous les détails !

Quand on s’imagine le destin tragique de toutes ces personnes à qui cette guerre à enlevé la liberté et l’avenir nous fait vraiment réfléchir à  la nature humaine. Comment des hommes peuvent-ils être aussi sadiques, violents et barbares ? Franchement ça fait peur ! Je vous ai présenté ici une autobiographie que je vous conseille à tous car ce que cet homme à vécu ne doit pas être oublié et ne doit surtout pas se répéter ! Pour avoir lu beaucoup de romans sur ce sujet, je dois dire que celui-ci ma beaucoup marquée.

Note : …/10 Désolée mais je ne préfère pas noter les histoires vraies qui relatent de telles souffrances, je ne les note pas par respect pour ces personnes ainsi que pour leur histoire vécue… Merci de votre compréhension.

Lire plus