Dans la cave de Minette Walters

 

couverture dans la cave minette walters Titre : Dans la cave
Titre original : The Cellar
Auteur : Minette Walters
Édition et Parution : Robert Laffont, 2018
Nombre de pages : 252

Quatrième de couverture : Emigrés d’Afrique en Angleterre, Ebuka, Yetunde et leurs deux fils vivent une vie paisible. Pourtant lorsque le plus jeune disparaît, la police vient enquêter. Ebuka, le père de famille décide alors de faire remonter Muna de la cave. La jeune fille, considérée comme une esclave vit recluse sans que personne ne connaisse son existence. Cette dernière, manipulatrice de génie, projette de se venger.

 

« L’obscurité parle.
Elle chuchote des mots de réconfort dans les murs et dans les toiles que tissent les araignées.
L’obscurité respire.
Doucement. Paisiblement.
Réchauffant l’air de son haleine suave.
L’obscurité caresse.
Elle enlace ce qu’elle aime d’une étreinte vigoureuse et apaise la souffrance.
L’obscurité voit.
L’obscurité entend. »

 

J’ai été très surprise par cette lecture courte, mais très prenante que j’ai dévorée en très peu de temps.

D’emblée nous sommes plongés au sein d’une famille d’immigrés Africains qui se sont établis en Angleterre. D’apparence sans histoire, ils cachent pourtant un lourd secret. Une jeune fille orpheline qu’ils ont adoptée et qu’ils utilisent en tant qu’esclave. Elle s’appelle Muna, est âgée de 14 ans et vit un véritable enfer au sein de cette famille de détraqués.

Lorsqu’elle n’est pas violentée et battue par les parents et leurs deux enfants, elle est jetée tel un animal dans la cave qui lui sert de chambre ou elle est régulièrement abusée par le père de famille… Cependant (et heureusement !) Muna va se révéler être une petite fille intelligente et perspicace qui ne manquera pas de prendre sa revanche de manière totalement imprévisible sur ses bourreaux.

Le revirement de situation se produit le jour où Abiola le plus jeune des fils de la famille Songoli disparaît sur le chemin de l’école. Une enquête est ouverte et à partir de ce moment précis, Muna sera considérée, à contrecœur, comme leur fille. Ils font cela afin d’expliquer la présence de cette jeune fille aux yeux des inspecteurs.

Toute l’histoire se déroule au travers les yeux de Muna, et c’est ce qui fait que j’ai rapidement éprouvé de l’affection pour elle. J’ai ressenti beaucoup d’empathie pour cet enfant, car ce qu’elle vit est abominable ! Non scolarisée, battue, affamée, obligée d’appeler ses geôlières maitre et princesse. Sa vie se résume à les servir eux et leurs deux garçons.

Le suspense est présent tout au long de la narration et m’a tenu en haleine chapitre après chapitre. C’est une histoire qui met mal a l’aise. Dramatique, mais avec un juste retour des choses ! Dans la cave est un très bon roman qui mériterait d’avoir une suite, car je regrette que l’histoire se termine aussi brutalement… L’issue est floue et je dois dire que cela m’a quelque peu frustrée.

Pourtant, une fin alternative, issue d’une précédente édition, est proposée au lecteur. Malheureusement, après lecture celle-ci n’apporte rien de plus, elle est encore plus floue que la précédente, c’est dommage. Toutefois, malgré le désagrément de la fin, il est certain que je ne manquerai pas de me pencher avec beaucoup d’intérêt sur les autres écrits de Minette Walters, car j’ai beaucoup apprécié sa plume parfaitement aiguisée !

L’auteure mélange très savamment plusieurs genres de la littérature. Elle passe du thriller, au drame, au fantastique, voire même à l’horreur avec grande aisance. Et je dois admettre que ce mélange des genres est très efficace ! Elle nous maintient en haleine du début à la fin avec ses chapitres courts et dynamiques dotés de multiples rebondissement. C’est certain, on ne peut qu’être emportés rapidement dans cette histoire bouleversante.

J’ai beaucoup apprécié également que l’idée principale de l’auteure soit de nous faire prendre conscience, au travers cette histoire macabre, que la maltraitance des enfants est souvent cachée derrière les murs d’un foyer qui peut sembler en première apparence familial. La souffrance est très souvent dissimulée, ne l’oublions pas !

 

8/10 (Une lecture indispensable !)

 

2 commentaires à Dans la cave de Minette Walters

  • Zina  dit:

    Il faut absolument que je le lise !!! j’ai lu tous ces livres, que j’ai pour la plupart, adoré !

    • Tristhenya  dit:

      Franchement je te le conseille ! Pour ma part, il faut absolument que je lise ses autres romans, y’en aurait-il un que tu me conseillerais en particulier ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.