Delirium, tome 1 de Lauren Oliver

Titre : Delirium
Auteur : Lauren Oliver
Édition et Parution : Hachette (Black Moon), 2012
Nombre de pages : 456

Quatrième de couverture : Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme la pire des maladies. Un monde où tous les jeunes subissent à leur majorité une opération du cerveau pour être immunisés. À quelques mois de ses dix-huit ans, Lena aspire presque à subir à son tour le Protocole car depuis toujours amour rime pour elle avec souffrance et danger. Jusqu’à ce qu’une rencontre inattendue fasse tout basculer. Avant, tout était simple, tout était organisé. Mais est-ce vraiment vivre que de laisser la société tout prévoir pour vous ? Vos amis, vos amours et votre avenir ? Imaginez qu’on vous prive de tout sentiment. Que la liberté ne soit plus qu’un vieux souvenir dénué de sens. Jusqu’où iriez-vous pour garder le droit d’aimer ? Plongez dans l’inoubliable trilogie DELIRIUM.

 

Extrait choisi :

SYMPTÔMES DE L’AMOR DELIRIA NERVOSA

« PHASE UN
Préoccupations, difficultés de concentration, bouche sèche, transpiration, paumes moites, vertiges et perte de repères, acuité mentale réduite, pensées confuses, capacités de raisonnement diminuées.

PHASE DEUX
Périodes d’euphorie, rire hystérique et redoublement d’énergie, périodes de désespoir, léthargie, modifications de l’appétit, perte ou gain de poids rapide, obsessions, désintérêt pour le quotidien, capacités de raisonnement atteintes, distorsion de la réalité, bouleversement des cycles de sommeil, insomnie ou fatigue constante, pensées et actions monomaniaques, paranoïa, sentiment d’insécurité.

PHASE TROIS (CRITIQUE)
Gêne respiratoire, douleurs à la poitrine, à la gorge, ou au ventre, difficultés à déglutir, refus de s’alimenter, disparition totale des facultés rationnelles, comportement imprévisible, désirs et fantasmes violents, hallucinations et visions.

PHASE QUATRE (FATALE)
Paralysie émotive ou physique (partielle ou totale), mort.

Si vous pensez que vous ou un membre de votre entourage pourriez avoir contracté le deliria, merci d’appeler le 1800, numéro d’urgence gratuit, pour discuter des mesures à prendre. »

Mon avis :

Bon, comme vous allez pouvoir le constater, mon opinion de ce roman n’est pas très différente de celle de la majorité des autres lecteurs ! J’ai adoré ce premier tome ! C’est une histoire très entrainante et elle a fait battre mon cœur à mille à l’heure !

L’auteur manie la plume avec légèreté et enthousiasme. Son récit nous emporte avec une facilité déconcertante dans cet univers si proche et pourtant si éloigné du nôtre… Elle met en évidence une question primordiale, à savoir : comment se comporterait la société si l’amour était considéré comme une maladie dangereuse ?

Les personnages de ce roman répondent à cette question avec brio, certains acceptent la chose sans broncher et d’autres font tout pour vivre l’amour, le vrai, même si pour cela ils doivent fuir la société et vivre comme des sauvages dans la nature loin du confort de la ville…

Le contexte totalitaire de ce roman est effrayant et angoissant. Une société où le peuple n’est pas libre de ses sentiments, de ses actes et de ses choix est terrifiante. De cette manière, l’auteure parvient à nous fournir une intrigue convaincante. Les émotions des personnages nous assaillent et nous coupent le souffle. On tourne les pages avec une frénésie non contenue jusqu’à la fin et le cœur palpitant on espère que les choses vont s’arranger pour Lena et les siens.

Mais vous devez surement vous demander qui est Lena ? Il s’agit du personnage principal de ce roman, une jeune fille bien comme il faut et qui attends avec impatience le jour de son protocole censé la préserver de l’amor deliria nervosa. En des termes plus simples, ce protocole est une opération neurochirurgicale censée empêcher les gens de succomber au mal absolu : l’amour !

Une fois traités (vers l’âge de 18 ans), les hommes et les femmes se voient attribués un conjoint choisi par le gouvernement, après comparaison de leurs points communs… S’en suit alors une vie ennuyeuse et morne auprès d’un conjoint tout aussi impassible…

Lena est très impatiente d’être traitée car sa mère s’est suicidée suite à cette maladie… Élevée par sa tante, Lena vit dans la honte des erreurs de sa mère et dans la peur que la maladie soit héréditaire… Mais (mal)heureusement pour elle, l’amor deliria nervosa, va petit à petit s’emparer de son cœur à cause d’Alex, un beau jeune homme rencontré quelques mois avant son traitement…Lena va malheureusement apprendre à ses dépends qu’aimer, c’est aussi savoir renoncer à celui qu’on aime…

Personnellement et c’est pour cette raison que ce roman passe de peu à côté du coup de cœur, Mon personnage préféré n’était, ni Alex, ni Lena, mais la meilleures amie de cette dernière Hana ! J’ai beaucoup apprécié le caractère de cette jeune fille. Elle est un peu folle et très franche et je regrette amèrement de ne pas savoir ce qu’il lui arrive à la fin… J’aurais mille fois préféré que ce soit elle le personnage principal de ce roman !

Grâce à Livraddict et les éditions Hachette (Black Moon), je me suis régalée grâce à cet excellente dystopie ! Merci mille fois pour cette merveilleuse découverte ! Ah oui, au fait ! Le tome 2 a aussitôt été acheté et dévoré, la chronique est prévue pour très bientôt !

Note : (Pratiquement un coup de coeur, Foncez !)

9 - Pratiquement un coup de coeur, Foncez !

Laisser un commentaire