L’Écolier assassin de Moka

 

couverture l'écolier assassin moka Titre : L’Écolier assassin
Auteur : Moka
Edition et Parution : L’Ecole des loisirs (Medium), 2000
Nombre de pages : 153

Quatrième de couverture : Difficile, quand on a toujours habité à  Paris, de se retrouver au beau milieu de la campagne, dans un village perdu du Berry, dans une nouvelle maison, avec une nouvelle école, un nouveau bus pour aller à  l’école, et de nouvelles têtes à  apprivoiser. C’est pourtant ce qui arrive à  Fleur et à  Pablo qui ont bien été obligés de suivre leur mère jusque dans ce pays. Un pays bizarre, plein de croyances, de maléfices et d’enchantements. Un pays qui compte, parmi ses habitants, une petite fille muette et têtue, une épicière superstitieuse, et, d’après les gens du coin, une sorcière. Une sorcière? Et pourquoi pas deux tant qu’on y est… Justement, pourquoi pas?

 

 

« Les feuilles de la haie frissonnèrent et la pie s’envola. Le vent était tombé à l’approche du crépuscule. Mais la haie frémissait. Quelqu’un marchait, sur la route, et frottait les branchages en passant. Norma aperçut la main, brièvement, là où la haie était maigre. Et cette main, pas plus grande que la sienne, était couverte de sang. Qui se trouvait de l’autre côté de la haie ? Qui venait de s’arrêter sur le chemin ? Un souffle léger, une respiration que l’on prend soudain, profondément. Et… D’où reviens-tu mon fils Jacques ? D’où reviens-tu cette nuit ? Je viens des écoles ma mère, Des écoles de Paris… Une voix claire chantait. La voix d’une petite fille. Norma écouta, pas plus rassurée car il y avait dans ce chant languissant l’annonce d’un malheur. »

 

L’Écolier assassin est une histoire envoûtante et bien menée qui se lit très rapidement comme beaucoup de livres de Moka. Plus mystérieux qu’horrifique, c’est un récit empli de superstitions et de folklore puisqu’il nous emmène dans un petit village de campagne ou les gens craignent les sorcières !

Nous débutons cette histoire, au moment où Fleur, une jeune maman de deux enfants, emménage dans ce village suite à son divorce. Seulement, la cadette de 7 ans dénommée Norma supporte très mal cela et en veut terriblement à sa mère. Ce qui l’a pousse à fuguer peu de temps après…

C’est alors qu’elle croise une jeune fille mystérieuse fredonnant une étrange chanson et dont la main est ensanglantée… A partir de ce moment-là, l’intrigue est lancée ! Mais qui est donc cette étrange jeune fille, une sorcière ? Le diable ? Dès lors, le lecteur plonge dans le suspense et l’envie de connaître la suite !

Malgré le fait que ce roman soit très court, l’immersion est immédiate ! L’ambiance est prenante, mystérieuse et assez fascinante. La plume de Moka est toujours aussi envoûtante et agréable.

Dans ce roman, Moka aborde (entre autre) le sujet de l’exclusion. Car la petite Marthe est évitée par tout le village qui l’a juge trop bizarre que pour être fréquentable. Mais on y parle aussi de superstitions et de manipulations et de la manière dont la croyance et la peur facilitent l’emprise sur une personne.

Du côté des personnages, j’ai particulièrement aimé la grand-mère sorcière de Marthe, ainsi que la petite Marthe en elle-même. Cette dernière est, on peut le dire, assez intrigante et inquiétante… Mais malgré cela, le mystère qui l’entoure la rend tout de même attachante.

Par contre, Norma est on ne peut plus insupportable ! C’est une grosse râleuse/boudeuse qui dit pleins de gros mots ! Elle à un sacré caractère contrairement à son grand frère qui est plus sérieux et fait son possible pour soutenir leur maman dans les épreuves qu’ils traversent.

Un seul regret ? Comme tous les romans de Moka, il est trop court, tout est survolé, tout s’enchaîne trop rapidement et on a du mal à s’impliquer réellement dans l’histoire. De plus, la fin abrupte ne fait que renforcer cette impression.

Donc, vous l’aurez compris, c’est donc une lecture légère et distrayante, qui se lit très rapidement et que je conseille entre deux lectures plus sérieuses.

 

6/10 (Une lecture divertissante !)

2 commentaires à L’Écolier assassin de Moka

  • David  dit:

    Celui-là m’emballe moins que d’autres dont tu as parlé. Et puis niveau sorciére, je préfére Harry Potter ! Ou Half Bad^^

    • Tristhenya  dit:

      Forcément, niveau sorcières y’a rien de mieux qu’Harry Potter, ça je ne peux que confirmer ! 😀 Ok, tu as bien raison, de toute façon mon préféré de Moka jusqu’à présent reste « L’enfant des ombres », donc je ne peux que te conseiller de commencer par celui-là 😉 Sinon, « Half bad » n’a pas encore été lu, mais c’est prévu ^^ Je l’ai dans ma PAL ebook.

Laisser un commentaire