Hilda de Anonyme

 

couverture hilda Titre : Hilda
Auteur : Anonyme
Edition et Parution : La Musardine, 2011
Nombre de pages : 200

Quatrième de couverture : Hilda est une jeune femme aux formes plantureuses torturée par les démons de la chair, auxquels elle ne sait résister. Initiée très jeune aux plaisirs du sexe par son oncle et sa mère, Hilda va montrer un tempérament de feu et un appétit sexuel démesuré. Honteuse de son comportement immoral, elle va tenter de combattre ses penchants en épousant un notaire veuf et austère. Mais le fils de ce dernier, un jeune garçon de dix-sept ans, découvrira vite les démons qui agitent sa jeune belle-mère. Avec habilité et perversité, il fera de Hilda sa chose, l’utilisant comme un objet dédié à son plaisir et celui de ses amis. A la joie de cocufier son père s’ajoute la fierté du jeune mâle dominant… Ensemble, ils exploreront toutes les facettes du plaisir physique, plongeant toujours plus loin dans le stupre.

 

« La plénitude des formes, Hilda l’avait toujours connue. Enfant, déjà, on la disait frisant l’obésité, ce en quoi d’ailleurs on se trompait. Seul, un gynécologue plus savant que ses confrères, avait déterminé, chez Hilda devenue jeune fille, une endocrinologie particulièrement prometteuse sur le plan sexuel. Le praticien concluait alors de bien étrange manière disant à la mère de la jeune fille que chaque femme méritait son époque. Propos sibyllin, mais seulement en apparence. En effet, on sortait tout juste de la «Folle Époque» qui avait été précédée par la «Belle Époque» en laquelle les femmes bien en chair faisaient le bonheur des peintres. Et puis, après la guerre de 14-18, la femme se masculinisait, se coupait les cheveux ; la fameuse mode de la garçonne voyait le jour en même temps qu’un beau bébé potelé que l’on baptisait Hilda en l’église de La Madeleine. »

 
 

Il est assez rare que je lise des romans érotiques. Mais parfois l’envie se fait sentir de sortir un peu des sentiers battus et de tester un autre style de lecture. Alors, je me suis dit pourquoi pas, ça peut toujours être sympa (et distrayant), de découvrir un petit roman coquin 😛

Il est intéressant de savoir que ce livre a été écrit après la seconde guerre mondiale et qu’il a à l’époque été vendu en tant que “journal intime”. L’auteur a choisi de rester anonyme, chose que je peux aisément comprendre après la lecture !

Hilda est une jeune femme aux formes plantureuse qui aime le sexe et ne s’en cache pas ! Toute jeune déjà, elle attire les hommes comme un aimant et est initiée très tôt aux plaisirs de la sexualité par son oncle et sa mère… Relation incestueuse, qui, une fois, arrivée aux oreilles du père de famille, cesse immédiatement, puisqu’il tue dans un accès de rage, son frère et sa femme.

Peu après son emprisonnement, il se suicide et la jeune fille se retrouve orpheline. Elle est placée en internat dans un institut. Mais rapidement, son proviseur se sent très attiré par elle, lui aussi. Il lui propose alors de passer un marcher (qui a trait à des faveurs sexuelles, bien entendu) et qu’elle ne peut refuser au risque de se retrouver à la rue. Hilda va dès lors montrer un tempérament de feu et un appétit sexuel démesuré.

Toutefois, très honteuse de ses penchants immoraux, elle choisit, plus tard, d’épouser un notaire veuf et austère dans l’idée de s’assagir quelque peu à ses côtés et devenir une femme raisonnable. Seulement, le fils de ce dernier, un jeune homme de 17 ans rusé et pervers découvre très rapidement les démons qui agitent sa jeune belle-mère…

Progressivement Hilda devient sa chose. Un vulgaire objet dédié au plaisir avec lequel ses amis et lui apprécient de s’amuser. A cela s’ajoute le plaisir malsain du jeune homme de cocufier son père ! Hilda, torturée par les démons de la chair, auxquels elle ne sait résister explorera avec son beau-fils les multiples facettes du plaisir physique en plongeant toujours plus loin dans le hard.

En gros, vous allez découvrir dans ce roman un véritable panel de fantasmes sexuels pour lesquels les bonnes mœurs sont résolument laissées de côté. Je pense d’ailleurs que mon petit résumé ci-dessus vous l’aura fait comprendre. Inceste, sexe forcé, voyeurisme, adultère, triolisme, perversité, et j’en passe… On y trouve de tout, pour tous les goûts ! 

Dans l’ensemble, c’est bien écrit et ça se lit très facilement. Mais le texte est hyper réaliste dans ses détails et, de ce fait, il m’a semblé très/trop cru ! On s’éloigne de l’érotisme et on se rapproche du porno, ce qui n’est pas forcément ce que je souhaitais au départ ! Je dois dire que c’est un roman très particulier, qui m’as laissée complètement perplexe et duquel je suis ressortie extrêmement mitigée.

Voilà, a l’issue de cette chronique, vous l’aurez compris, ce roman contient des scènes assez hard, voire scandaleuses pour certaines ! Donc à ne pas laisser traîner entre toutes les mains 😉 Pour public averti ! 

 

5/10 (Avis mitigé, ce livre a du bon et du moins bon à vous de voir…)

2 commentaires à Hilda de Anonyme

  • David  dit:

    Quelle couverture ! En fait je la trouve trés laide mais ça me semble coller au livre. Je vais rester sur Sade moi du coup^^

    • Tristhenya  dit:

      Hahaha, je confirme, cette couverture est loin d’être jolie, lol 😀 Je n’ai pas encore lu Sade, mais j’en ai beaucoup entendu parler, faudrait que je teste ça un de ces quatre 😉

Laisser un commentaire