J’avais douze ans… de Nathalie Schweighoffer

Titre : J’avais douze ans…
Auteur : Nathalie Schweighoffer
Édition et Parution : Pocket, 2002
Nombre de pages : 293

Quatrième de couverture : Nathalie Schweighoffer avait 12 ans quand son père l’a violée pour la première fois. Viols, flagellations, humiliations, vont se reproduire jour après jour, nuit après nuit, pendant cinq ans. Personne ne se rend compte de rien, pas même sa mère. Le monstre agit en toute impunité. Enfin à  dix-huit ans, Nathalie décide de porter plainte contre son père. Dans son récit, elle n’épargne rien au lecteur, de son voyage au bout de l’enfer, de sa terreur, de l’ignominie de son bourreau.

 

Extraits choisis :

« On peut se tutoyer maintenant, toi qui me lis. T’as fait un effort, tu me plais, t’as choisi de bouquiner le dur, pas la facilité. Tu t’es bougé le cul, enfin, alors je t’aime bien. Parce que t’es quelqu’un de bien, puisque tu t’intéresses un peu à moi. Si tout le monde faisait comme toi, yaurait plus d’enfants battus, salis, violés.
Je rêve d’un monde sans sadiques. Aide-moi. Chaque fois que tu verras un enfant, regarde-le bien, aime-le. Aide-le s’il te tend une main peureuse, donne-lui de l’amour comme on donne du pain. Sauve-le de sa misère morale, comme de la famine. Fais-le, tu peux le faire, puisque tu ne ressembles pas à ce salaud. »

« Ma chambre n’est plus ma chambre, mon petit coin à moi, mon monde à moi, où je faisais des rêves, où je m’inventais des histoires magiques. Il a tout gâché, tout sali. C’est plus chez moi, ni à moi, c’est une chambre banale, froide avec un lit et une porte. et il ouvre cette porte, il vient sur ce lit, et il me salit »

Mon avis :

Il s’agit d’un témoignage poignant et révoltant où l’horreur insupportable est présente à chaque page. Dès le début, l’atmosphère pesante et derangeante de l’histoire nous cerne a la gorge, et c’est de manière assez crue et détaillée que nous découvrons à travers ses mots et son vécu, l’histoire d’une petite fille qui rêvait, qui jouait au tennis, qui aimait encore la vie. Nathalie.

Une enfance brisée par les interrogatoires pervers de son père, les attouchements dans un recoin sombre d’une chambre d’enfant, les coups de ceinture… et par tous les autres supplices qui lui ont été affligés par l’homme qui est censé la protêger : son père. Comment un homme peut il faire subir ces atrocités à son propre enfant ?! Je ne comprendrai décidemment jamais ce monde !

Nous suivons donc l’évolution d’une Nathalie encore fière de son père, devenant une Nathalie finissant par le haïr (ce que l’on comprends aisément !). Le renfermement total de cette adolescente criant intérieurement toute sa souffrance, sa haine, son cauchemar, si fort ! Tellement fort, que cette colère qu’elle éprouve ne peux que nous toucher en plein coeur, nous lecteur !

J’ai été indignée par les actes et les gestes pervers du monstre qui lui sert de père tout au long ma lecture. Certaines scènes sont restées  ancrées dans ma mémoire tellement elles sont insupportables… C’est un témoignage difficile à lire pour sa cruauté, mais nécessaire pour que les victimes d’inceste aient le réflexe d’en parler lorsqu’ils sont à la merci de ce genre de personnages que je ne qualifierai même pas d’êtres humain !

Un grand bravo à Nathalie pour sa rage de vivre et merci aussi pour le combat qu’elle mène, afin d’aider tous les autres enfants victimes d’inceste ou de violences et qui sont encore à l’heure actuelle dans cette terrible situation. Je vous conseille vivement de lire ce témoignage !

Note : …/10 Désolée mais je ne préfère pas noter les histoires vraies qui relatent de telles souffrances, je ne les note pas par respect pour ces personnes ainsi que pour leur histoire vécue… Merci de votre compréhension.

Laisser un commentaire