Le passeur de Lois Lowry

Titre : Le passeur
Titre original : The giver
Auteur : Lois Lowry
Édition et Parution : L’école Des Loisirs (Médium), 1993
Nombre de pages : 288

Quatrième de couverture : Le monde dans lequel vit Jonas est bien éloigné du nôtre : une société où la notion d’individu n’existe pas. Plus surprenant encore : ses membres ne ressentent rien. Ni amour ni haine viennent bousculer leur quotidien. Les gens ne meurent pas non plus. Ils sont « élargis ». Tout comme le héros de cette histoire – un garçon de douze ans – le jeune lecteur brûlera de savoir ce qui se cache derrière ce terme si obscur.

 

Extrait choisi :

« – Papa? Maman? demanda timidement Jonas après le repas du soir. J’ai une question que j’aimerais vous poser.
– Qu’est-ce que c’est? demanda son père.
Il se força à prononcer les mots bien qu’il se sentît rougir de gêne. Il les avait répétés pendant tout le chemin du retour.
– Est-ce que vous m’aimez?
Il y eut pendant quelques instants un silence embarrassé. Puis Papa émit un petit gloussement.
– Jonas! Toi! Et la précision du langage, alors?
– Qu’est-ce que tu veux dire? demanda Jonas.
Une réaction amusée n’était pas du tout ce à quoi il s’attendait.
– Ton père veut dire que tu as utilisé un terme très général, tellement dénué de sens qu’il est pratiquement tombé en désuétude, expliqua sa mère avec soin.
Jonas les regarda d’un air ébahi. Denué de sens? Jamais auparavant il n’avait ressenti quelque chose d’aussi riche de sens que ce souvenir.
– Et bien entendu, notre communauté ne peut pas fonctionner correctement si les gens n’emploient pas un langage précis. Tu pourrais demander: « Est-ce que vous appréciez ma présence? » Et la réponse est oui.
– Ou bien, suggéra son père: « Est-ce que vous êtes fiers de mes réalisations? » Et la réponse est oui, de tout coeur!
– Est-ce que tu comprends pourquoi c’est impropre d’utiliser un mot comme « aimer »? demanda Maman.
Jonas hocha la tête.
– Oui, merci, je comprends, répondit-il lentement.
Ce fut la première fois qu’il mentit à ses parents. »

Mon avis :

Tout est sous contrôle dans le monde de Jonas, un jeune garçon intelligent et plein de joie de vivre. La reproduction naturelle est interdite, le climat peut être modifié à volonté, la télévision, l’internet et les livres divertissants n’existent pas, les disputes non plus… Le monde est parfait et Jonas mène une vie paisible et idéale organisée par cette société dans laquelle il vit. Tout étant contrôlé, aucune décision n’est laissée au peuple et… c’est bien mieux ainsi se dit le jeune garçon !

Son avenir semble donc, tracé d’avance et pourtant, le jour de ses douze ans, de nombreux bouleversements vont changer sa destinée. La vie monotone qui était sienne va devenir exactement le contraire… Il va prendre conscience de nombreux aspects étranges de la société dans laquelle il vit et tout ce qu’il connaissait va tout à coup lui devenir totalement étranger… Jonas devra faire preuve de beaucoup de courage face à tout ce qu’il l’attend…

Dans ce monde « irréprochable », la vie de chaque citoyen commence de la même manière. A la naissance de chaque enfant, une famille adoptive lui est attribuée au terme de sa première année. Son prénom lui est alors donné. Mais avant de pouvoir être nommé, il devra être jugé sain par la société. Si ce n’est pas le cas et que l’enfant est jugé non sain il sera élargi…

L’élargissement peut être appliqué à tous les citoyens sur la décision de la communauté Cela est définitif et constitue une punition terrible. Il n’y a que dans deux cas où l’élargissement n’es pas considéré comme une punition : l’élargissement des seniors est systématique à un certain âge et l’élargissement des nourrissons qui est toujours une épreuve terrible pour les nourriciers qui s’en sont occupés pendant un an. Mais il faut savoir que pour ces derniers ça se produit très rarement.

Ce concept d’élargissement m’a pas mal choquée. Au début de la lecture, c’était une chose assez vague à laquelle Jonas ou ses parents faisaient souvent référence, mais sans en dire plus. Puis, petit à petit, au fil de la lecture, on prend conscience de ce dont il s’agit exactement. A vrai dire je me doutais un peu de ce dont il s’agissait, mais j’ai été déstabilisée de voir l’élargissement à travers les yeux de Jonas… Et bien sûr, vous vous en doutez, je ne vous dirai rien de plus à ce sujet ^^

Pour en revenir aux enfants, après l’attribution du prénom, un seul et unique doudou représentant un animal malheureusement disparu (éléphant, hippopotame,…) est donné à chaque nourrisson et il devra le rendre à l’âge de 8 ans. Il faut savoir, que jusqu’à l’âge de douze ans, chaque année, une étape pour devenir un adulte accompli doit être franchie. Rendre son doudou en est une, tout autant que de recevoir son vélo à 9 ans et de découvrir le métier qui lui sera attribué tout au long de sa vie à 12 ans…

Loïs Lowry, l’auteur, à la grande capacité de nous faire plonger dans son univers à une vitesse vertigineuse, malgré le fait que son texte soit assez court. A mon grand malheur… Ce roman aurait amplement mérité d’avoir une bonne centaine de pages en plus… Mais bon on ne peut pas tout avoir n’est-ce pas ? Quant à l’histoire, elle est traitée de façon sensible et intelligente et l’écriture est très agréable.

Les personnages, même si au final on les connait assez peu, sont attachants ! J’ai particulièrement aimé le passeur, celui qui va transformer la vie de Jonas en cauchemar éveillé… Mais vous l’aurez compris, je regrette vraiment beaucoup que les personnages n’aient pas été plus approfondis…

J’ai en tout cas beaucoup apprécié cette lecture et je peux même vous dire qu’il s’agit pratiquement d’un coup de cœur ! Je ne me suis pas ennuyée une seconde en le lisant ! S’il est dans votre PAL, n’hésitez pas et si il n’y est pas courrez l’acheter, vous ne serez pas déçus ! Ce que peux de personnes savent, c’est que ce livre fait partie d’une trilogie comprenant également : « L’Elue » et « Messager ». Je n’ai pas encore lu ces deux romans, mais je suis très impatiente de le faire !

Note : 9/10 (Pratiquement un coup de coeur, Foncez !)

9 - Pratiquement un coup de coeur, Foncez !

2 commentaires à Le passeur de Lois Lowry

  • Gaellifrey  dit:

    Tu me donnes presque envie de relire le livre une nouvelle fois ^^ Mais à vrai dire, j’irais probablement revoir le film plutôt, que je préfère au livre (c’est plutôt rare d’ailleurs, d’habitude je préfère le livre ^^)

    • Tristhenya  dit:

      Laisse toi tenter, par l’un ou par l’autre si tu as envie de te replonger dans cet univers, n’hésite pas 😉 C’est toujours agréable de retrouver des personnages que l’on a apprécié ! Merci pour ta visite ^^ A très bientôt !

Laisser un commentaire