Les Schtroumpfs de Peyo

 

les schtroumpfs peyo Titre : Les Schtroumpfs
Auteur : Peyo
Edition : Dupuis et Le lombard pour les nouveaux albums
Année de parution : Premier tome paru en 1963, dernier tome paru en 2017
Nombre de pages : Entre 40 et 65 pages cela dépend du tome
Etat de la série : 35/? (en cours)

Résumé : L’ensemble des albums raconte la vie des Schtroumpfs dans leur village au cœur d’une forêt imaginaire, se défendant face à Gargamel et son vilain chat Azrael ou partant dans de grandes aventures. Toute la tribu vit dans des petites maisons en forme de champignons, dans un petit village caché au cœur de la forêt. Les schtroumpfs sont des petits êtres bleus.

  

    

 


Ah la la, les petits Schtroumpfs, j’aurais tant de choses à dire sur ces petits êtres bleus, toujours joyeux (sauf le Schtroumpf grognon bien entendu ^^). Depuis toute petite, je suis leurs aventures pleines de Schtroumpferies avec un réel bonheur. Mes tomes préférés resteront sans aucuns doutes « Les Schtroumpfs noirs », « La Schtroumpfette », « Le cosmoschtroumpf » et « L’étrange réveil du Schtroumpf paresseux » .

J’adore tout simplement tout ce qui compose l’univers très particulier des Schtroumpfs. Leur attachement à la nature et aux animaux, leurs petites maisons en forme de champignons, leurs petites bouilles toutes mignonnes, leurs caractères différents et pourtant si complémentaires auxquels on ne peut que s’attacher !

Ces petits êtres sont purs et innocents et n’aspirent qu’à une petite vie tranquille auprès des leurs rythmée par de nombreuses fêtes déguisées ou non (car il faut savoir qu’ils adorent se déguiser) et des jeux en tout genre. Tout cela se déroule bien sur sous le regard plein de sérénité du grand Schtroumpf qui veille toujours au grain sur ses petits Schtroumpfs afin qu’ils ne fassent pas trop de bêtises ^^

La seule chose venant entacher leur quotidien joyeux est leur ennemi de toujours, le méchant sorcier Gargamel qui aimerait les attraper afin de fabriquer la Pierre Philosophale et son compagnon, le chat Azrael qui ne rêve que de les manger ! Tous deux ne parviendront jamais à leurs fins et nous les retrouvons toujours dans de situations très pathétiques et drôles.

Les petits Schtroumpf évoluent dans un monde peuplé d’aventures extraordinaires lors desquelles nous apprenons toujours une petite moralité telle que : ne rejette pas les autres si ils sont différents de toi dans « Salade de Sctroumpfs » , la paresse est un très vilain défaut dans « L’étrange Réveil du Schtroumpf paresseux » ou encore, savoir tout sur tout ne peut apporter que des ennuis dans « Les Schtroumpfs et le livre qui dit tout », etc.

Au fait, savez-vous comment est né le langage Schtroumpf ? Voici comment il a été inventé :
Lors d’un repas, Peyo aurait demandé à Franquin de lui passer une salière dont il ne parvenait pas à se souvenir le nom, il l’aurait donc appelé Schtroumpf ( » Passe-moi le ! Schtroumpf ! « ) : la conversation se serait alors poursuivie en Schtroumpf. Retenez-le car il s’agit d’une petite anecdote intéressante à replacer lors d’une conversation 😉

Voilà donc si vous ne connaissez pas encore cette série de bandes-dessinées, ce qui m’étonnerait tout de même, mais on ne sait jamais ^^ Je vous la conseille de tout cœur et je vous garantis que ces petits êtres bleus ne vous laisseront pas indifférents.

 

 

En 1959 paraissent 9 films (de 13 minutes chacun), réalisés par les Studios TV Animation Dupuis. Ensuite, Eddy Ryssack produit en 1965 le film d’environ 90 minutes intitulé « Les aventures des Schtroumpfs » (connu aussi sous le nom de « L’Histoire de Schtroumpf »). 10 ans plus tard, soit en 1975, Le grand dessin animé intitulé « La flûte à six Schtroumpfs » de 74’30 » produit par Dupuis-Belvision voit le jour et sera un des derniers du studio.

Aux Etats-Unis cette fois, les Schtroumpfs sont de nouveau adaptés par Hanna-Barbera et distribués par Warner Bros Pictures à partir de 1981 (soit 425 dessins animés au final). Ils totalisent 8 saisons et ajoutent d’autres personnages comme Chlorhydris, Balthazar, Dame Nature, Père Temps et Scrupule.

Parallèlement à la diffusion de la série animée, les studios Hanna-Barbera ont produit trois longs métrages pour le cinéma : « Le Bébé schtroumpf », « V’la les schtroumpfs » et « Les P’tits schtroumpfs ». Il s’agit en réalité de compilations de différents épisodes, remontés pour obtenir une histoire plus ou moins cohérente.

Le succès fut grand, et le public américain à présent connaît bien les Schtroumpfs. Puisque  récemment, en été 2011, le film d’animation « Les Schtroumpfs » voit le jour réalisé par Raja Gosnell et Neil Patrick Harris. Ce film en 3D, qui a bénéficié d’un budget de 68 millions d’euros et a récolté 36 millions de $ en trois jours. Les petits lutins bleus y sont des personnages animés par ordinateur qui évoluent dans un monde réel, procédé utilisé pour les films avec Garfield.

Les Schtroumpfs c’est en quelques chiffres : 2 millions d’exemplaires vendus en France de 2003 à mi-2011, 30 millions d’albums vendus dans le monde, 260 000 exemplaires vendus en moyenne chaque année, 100 000 exemplaires de la nouveauté par an, 60 000 exemplaires de fonds en moyenne. Le dernier volume en date, Les Schtroumpfs et l’Arbre d’or, s’est écoulé à 30 269 exemplaires entre avril et juin 2011.

Source Wikipedia.

 

10/10 (une lecture coup de cœur, un must !)

Enregistrer

Un commentaire à Les Schtroumpfs de Peyo

  • Audrey  dit:

    Je suis loin d’avoir lu tous les tomes, mais comme toi, j’aime beaucoup les Schtroumpfs 🙂
    Amusante l’anecdote sur l’invention du langage Schtroumpfs !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.