Silo, tome 1 d’Hugh Howey

 

couverture silo tome 1 hugh howey Titre : Silo, tome 1
Titre original : Wool, omnibus : book 1
Auteur : Hugh Howey
Édition et Parution : Le livre de poche (Science-fiction), 2016
Nombre de pages : 739

Quatrième de couverture : Dans un futur postapocalyptique indéterminé, quelques milliers de survivants ont établi une société dans un silo souterrain de 144 étages. Les règles de vie sont strictes. Pour avoir le droit de faire un enfant, les couples doivent s’inscrire à une loterie. Mais les tickets de naissance des uns ne sont redistribués qu’en fonction de la mort des autres. Les citoyens qui enfreignent la loi sont envoyés en dehors du silo pour y trouver la mort au contact d’un air toxique. Ces condamnés doivent, avant de mourir, nettoyer à l’aide d’un chiffon de laine les capteurs qui retransmettent des images de mauvaise qualité du monde extérieur sur un grand écran, à l’intérieur du silo. Ces images rappellent aux survivants que ce monde est assassin. Mais certains commencent à penser que les dirigeants de cette société enfouie mentent sur ce qui se passe réellement dehors et doutent des raisons qui ont conduit ce monde à la ruine.

 

« les gens étaient comparables aux machines. Ils disjonctaient. Ils déraillaient. Ils pouvaient vous brûler ou vous mutiler si vous ne faisiez pas attention. Son travail était non seulement de comprendre pourquoi ça se produisait et qui était responsable mais aussi de guetter les signes avant-coureurs. Être shérif, c’était comme être mécano, cela relevait autant de l’art subtil de la maintenance préventive que de la remise en ordre après une panne. »

 

Voici une lecture que je voulais faire depuis très longtemps, car j’ai énormément entendu parler de ce roman qui a eu beaucoup de succès auprès des lecteurs ! Cependant, cette trilogie étant très longue, comptez plus de 2000 pages pour l’intégrale, j’attendais le bon moment me lancer ^^

Vous le savez déjà si vous lisez souvent ce blog, j’aime enchaîner directement sur la suite des romans en plusieurs volumes. Car étant déjà imprégnée de l’univers, et l’histoire étant toute fraiche dans ma tête, j’ai l’impression de mieux saisir tous les petits éléments qui les relient les uns aux autres.

Je me suis finalement lancée dans cette trilogie lors de ma dernière participation au weekend à 1000. Et c’est avec plaisir que j’ai commencé par le premier tome de « Silo » dont je vais vous parler aujourd’hui. Il y a un tas de choses à en dire, alors je vais essayer d’être le plus explicite possible sans trop vous spoiler 😉

Dès les premières lignes, je me suis retrouvée plongée dans le Silo aux côté d’Holston. Je découvre au travers son histoire personnelle ce dans quoi je me suis embarquée. En effet, il faut savoir que le découpage du récit assez particulier. Il est divisé en cinq parties qui nous permettent de suivre (parfois aléatoirement) les aventures de plusieurs habitants du Silo. Holston le shérif, son adjoint, le maire Jahnes, Juliette, Lukas, etc…

C’est grâce à eux et au travers leur histoire et leur vécu que nous avons droit à un panel très diversifié de ressenti par rapport au silo. Certains se questionnent, d’autres non. Le sujet de l’extérieur est tabou et ils ne connaissent pas l’histoire de leur passé hormis ce qu’ils ont entendu de la bouche des anciens qui eux même le tenaient de la bouche de leurs ancêtres.

Ils sont là depuis… Toute leur vie ! Et les premiers occupants originels des lieux qui venaient de l’extérieur sont morts depuis bien longtemps. Plusieurs générations se sont succédé et une grosse partie de leur histoire s’est effacée avec le temps. Dans ce silo énorme de plus de 140 étages dissimulé dans le sol. Ils sont des milliers de personnes cloitrées à l’intérieur sans aucun espoir de sortie.

Le monde extérieur est mort et toxique depuis bien longtemps et ils ne peuvent l’observer qu’au travers les écrans situés au sommet du silo qui se trouvent dans la cafétéria et les cellules d’emprisonnement. Dans le Silo, les naissances sont régulées, chacun à un emploi et une utilité bien précise et l’ordre y est maintenu grâce à la menace d’une punition ultime : le nettoyage !

Il consiste à équiper la personne d’un scaphandre contenant une certaine durée d’oxygène avec juste assez de temps pour nettoyer les objectifs des caméras extérieures qui renvoie les images du monde détruit à l’intérieur du silo… Lorsque cette tâche est accomplie, il ne leur reste plus qu’à mourir dehors sur la colline, seuls et abandonnés.

Une chose est certaine, l’auteur n’hésite pas à malmener ses personnages ! Bon nombre d’entre eux vont trouver la mort avant la fin du tome 1. De bouleversements en bouleversements nous découvrons en même temps qu’eux des choses terrifiantes sur leur existence au sein du silo, des choses inavouées et des secrets inimaginables qui incitent incontestablement à tourner les pages.

Au niveau des personnages justement, je les ai pour la plupart trouvés intéressants, même si ils auraient pu être un peu plus approfondis. Je regrette qu’ils soient survolés, alors qu’on passe pourtant pas mal de temps en leur compagnie… Aussi, j’en ai préféré certains plutôt que d’autres, Juliette et Solo sont, en l’occurrence, ceux qui m’ont le plus marquée.

Au final, je dois dire que mon cœur balance au sujet de ce roman… En effet, l’histoire est très originale et superbement implantée, digne d’une excellente dystopie ou roman de science-fiction (au choix). Cependant le tout est très très lourd à lire. L’auteur détaille trop de choses qui n’ont pas forcément d’importance, il se répète, et il a aussi parfois tendance à passer du coq à l’âne…

Dans le Silo, il n’y a pas d’ascenseur. Du coup, les protagonistes passent leur temps à monter et descendre les étages via le grand escalier central, leurs bottes tapotant les marches au fil de leur pas. Je me demande quand même quelle taille fait exactement cet escalier, car il leur faut un laps de temps exagéré pour gravir une dizaine d’étages…

C’est long et répétitif et cela m’a dérangée tout au long de ma lecture, au point de m’avoir parfois donné envie d’abandonner (alors que je n’abandonne jamais une lecture !). Mais je me suis tout de même accrochée car l’univers en lui-même est vraiment plaisant, riche en imagination et plausible en cas de catastrophe planétaire.

 Étonnement,  je n’ai pas éprouvé de sentiment de claustrophobie (et pourtant je le suis) ou d’oppression particulière en lisant ce livre. Alors que j’avais ressenti très fort une impression d’enfermement lors de ma lecture de « Metro 2033 », « Inside out » ou plus récemment « Lebstunnel » par exemple. Pourtant le silo est englouti sous des kilomètres de terre et aurait dû m’inspirer ce genre de sensation. C’est dommage.

Arrivée à la fin de ce premier tome, beaucoup de questions restent en suspens. Forcément et malgré les quelques points négatifs cités ici, j’ai eu envie de connaitre la suite. « Origine », au vu de son titre très explicite répondra très certainement à mes nombreuses interrogations sur le pourquoi du comment. Je vous en parlerai très bientôt 😉

Pour terminer, je suis certaine que ce genre de complexe de survie doit certainement exister quelque part dans le monde (USA), et que les choses pourraient très certainement s’y développer comme dans le Silo. Pas étonnant que le célèbre réalisateur Ridley Scott ait acheté les droits de ce roman pour en faire un film. 

 

7/10 (Une excellente lecture, n’hésitez pas !)

3 commentaires à Silo, tome 1 d’Hugh Howey

  • Zina  dit:

    Mon préféré de la série

  • David  dit:

    Ouais mais papy Ridley va surement le refiler à quelqu’un d’autre. Il a quand même 80 balais et il enchaine les films à une vitesse folle, notamment ses Aliens^^.

    Ceci dit ça a l’air intéressant et ça me rappelle un autre livre… dont j’ai oublié le nom… Pauvre cervelle…^^

    • Tristhenya  dit:

      Hahaha oui surement, quoique du haut de son grand âge il se montre encore pas mal productif ^^ Espérons que Silo restera entre ses mains car je serais très curieuse de voir ça ! Ah oui c’est bien possible, si jamais ta pauvre cervelle se souvient du titre, n’hésite pas à me le communiquer 😉 Ce genre de lecture me plait beaucoup et toutes les suggestions sont toujours bonnes à prendre 😀

Laisser un commentaire