Starters, tome 1 de Lissa Price

Titre : Starters
Auteur : Lissa Price
Édition et Parution : Robert Laffont (R), 2012
Nombre de pages : 449

Quatrième de couverture : Dans un futur proche : après les ravages d’un virus mortel, seules ont survécu les populations très jeunes ou très âgées : les Starters et les Enders. Réduite à la misère, la jeune Callie, du haut de ses seize ans, tente de survivre dans la rue avec son petit frère. Elle prend alors une décision inimaginable : louer son corps à un mystérieux institut scientifique, la Banque des Corps. L’esprit d’une vieille femme en prend possession pour retrouver sa jeunesse perdue. Malheureusement, rien ne se déroule comme prévu… Et Callie réalise bientôt que son corps n’a été loué que dans un seul but : exécuter un sinistre plan qu’elle devra contrecarrer à tout prix !

 

Extrait choisi :

« Michael vient s’asseoir près de moi. Après avoir passé un bras autour de mon cou, il me renifle les cheveux.
– Tu sens… la cerise.
– Tu aimes ?
– D’après toi ? me murmure-t-il avec son air irrésistible. Tu me fais penser à une voiture, Callie, une belle voiture qu’on n’avait pas lavée depuis un an. Et là, tout d’un coup, tu as eu droit à la totale : lavage-lustrage, accessoires, gentes alliage et peinture métallisée. (Il donne une pichenette aux pendentifs accrochés à mes lobes.) Tu brilles de partout, mais au fond, tu es toujours la même voiture, aussi chouette qu’avant. »

Mon avis :

Un livre qui m’a beaucoup fait penser au film « Clones » de Jonathan Mostow avec Bruce Willis. Mais aussi à la série « Dollhouse » de Joss Whedon avec Eliza Dushku que je regarde actuellement. En effet, la base est pratiquement la même, je vous laisse en juger.

Dans ce roman, une opération neurochirurgicale permet à des enders, des personnes très aisées et âgées de plus de 150 ans de vivre une seconde jeunesse à travers des corps de jeunes qu’ils louent et utilisent à leur convenance dans toutes les tâches du quotidien.

Dans le film, la majorité de la population pilote une version robotisée d’elle-même qu’elle actionne mentalement. Elle l’utilise dans sa vie de tous les jours afin de pouvoir mener une vie normale sans montrer sa vraie apparence et bénéficier en plus de la beauté physique.

Et enfin, dans la série, le centre « dollhouse », est un laboratoire secret qui abrite de nombreuses « poupées » (« dolls »), ces hommes et ces femmes sont programmés pour accomplir différentes missions légale ou illégales. Les scientifiques présents au sein de ce programme peuvent effacer à leur guise la mémoire, pour ensuite les imprégner d’une nouvelle personnalité qui leur permettra de remplir leur contrat…

Il faut tout de même avouer que la ressemblance entre les trois est énorme ! Mais bon, je ne suis pas là pour faire de la comparaison, je suis là pour donner mon avis et franchement, j’ai bien aimé cette lecture ! L’idée est originale, même si elle a déjà été vue ailleurs… Le ton de cette histoire réside principalement dans ses personnages qui la font vivre.

Callie est une jeune orpheline de seize ans qui s’occupe de son petit frère malade… Après une guerre biologique qui a ravagé le monde et tué une grande partie des parents et des grands parents, la majorité des starters (jeunes) doivent survivre comme ils le peuvent dans un monde gouverné par les vieux. Le meilleur moyen pour eux de gagner de l’argent rapidement est de louer son corps. Ce que Callie va se résoudre à faire après maintes hésitations.

Malheureusement pour elle, les choses ne vont pas se dérouler comme prévu. Alors que sa locataire était censée la louer pour un mois, Callie se réveille sur le sol d’une boite de nuit branchée, alors qu’elle devrait se trouver dans une petite salle surveillée de Prime destination, plus communément appelée : la banque des corps. S’en suivra alors une course effrénée pour découvrir la vérité et empêcher les pires plans du « vieux » qui gère cette société de la honte… Mais je n’en dit pas plus, pour vous laisser tout le plaisir de la découverte !

Cette dystopie est originale, la main de l’auteure est simple, fluide et nuancée. De nombreux rebondissements sont présents, l’action est palpitante et les révélations sont stupéfiantes ! Une histoire sombre qui contraste de loin avec la luminosité de la couverture… Le lecteur est tenu en haleine jusqu’aux dernières pages et a du mal à refermer le livre avant de l’avoir terminé.

J’ai trouvé les personnages attachants et j’ai aimé les découvrir au fur et à mesure de ma lecture. J’ai beaucoup apprécié le peps et la fraicheur de Madison, ainsi que le charme et le romantisme de Blake. Tous les personnages ont une petite part de mystère que j’ai été avide de découvrir.

Je possède déjà dans ma longue PAL le deuxième tome paru en novembre 2012. Il est temps que je m’y mette car la fin de celui-ci soulève bien trop d’interrogations et ma laissée bouche-bée. Beaucoup d’émotions contradictoires m’ont submergée lorsque j’ai reposé ce livre : de la surprise, de la déception, de la curiosité et de l’impatience…

Il s’agit là d’une bonne dystopie, même si ça ne sera finalement pas un coup de cœur. Ce fût néanmoins une excellente lecture et je vous conseille de le lire si ce n’est déjà fait !

Note : 7/10 (Une excellente lecture, n’hésitez pas !)

7 - Excellente lecture, n'hésitez pas !

Laisser un commentaire