Stupeur et tremblements d’Amélie Nothomb

Titre : Stupeur et tremblements
Auteur : Amélie Nothomb
Edition et parution : Le livre de poche, 2001
Nombre de pages : 186

Quatrième de couverture : Mais que diable Amélie-san allait-elle faire dans cette galère ? C’est la question qu’on se pose en découvrant l’invraisemblable traitement auquel la jeune narratrice, double à  peine voilé de l’auteur, est confrontée lors d’un emploi de quelques mois au Japon. Embauchée par la compagnie Yumimoto, Amélie espère bien pouvoir faire ses preuves dans ce pays qui la fascine tant depuis qu’elle y a séjourné enfant. C’est sans compter sur la subtilité des règles tacites qui régissent la société japonaise, sans compter encore sur le mépris de Mle Mori, sa supérieure. Les humiliations et les vexations se succèdent et la soumission s’installe : Amélie pensait être traductrice, elle finira dame pipi de l’entreprise !

Autre adaptation : Un film basé sur ce livre à été réalisé par Alain Corneau et est sorti en 2003. Le rôle d’Amélie Nothomb a été attribué a Sylvie Testud qui je trouve joue ce rôle a merveille ! Alain Corneau a reçu une mention spéciale et Sylvie à été élue meilleure actrice en 2003 lors du Festival international du film de Karlovy Vary en République tchèque. Cette dernière a aussi remporté le César de la meilleure actrice en 2004 lors des Césars du cinéma en France.


Extrait choisi :

« Récapitulons, petite je voulais devenir Dieu. Très vite, je compris que c’était trop demander et je mis un peu d’eau bénite dans mon vin de messe : je serais Jésus. J’eus rapidement conscience de mon excès d’ambition et acceptai de « faire » martyre quand je serais grande. Adulte, je me résolus à être moins mégalomane et à travailler comme interprète dans une société japonaise. Hélas, c’était trop bien pour moi et je dus descendre un échelon pour devenir comptable. Mais il n’y avait pas de frein à ma foudroyante chute sociale. Je fus mutée au poste de rien du tout. Malheureusement, j’aurais dû m’en douter, rien du tout, c’était encore trop bien pour moi. Et ce fus alors que je reçus mon affectation ultime : nettoyeuse de chiottes. »

Mon avis :

Petit roman autobiographique très intéressant et qui se lit très rapidement ! Amélie nous livre ici une très intéressante analyse psychologique sur le monde du travail au Japon et plus particulièrement sur l’entreprise Yumimoto dans laquelle elle a travaillé pendant environ un an.

De traductrice, elle passe comptable pour finir ensuite nettoyeuse de toilettes. Pourquoi ? Parce qu’elle ose faire preuve d’individualité et prendre des initiatives ! Chose qui n’est pas courante dans la culture Japonaise ! Elle nous démontre ici la difficulté que peut avoir un travailleur étranger à essayer de s’intégrer dans une entreprise que ne veut pas d’elle et qui ne se cache pas de le lui faire savoir !

Son harcèlement moral y était permanent, mais plus impressionnant encore, Amélie était entièrement détachée face à tout cela… Elle à  subit sans rien dire diverses et fréquente humiliations ! A côté de cela, sa capacité d’analyse est absolument remarquable et nous permet de véritablement croire à une barrière passive qu’elle s’est imposée face à toutes ces brimades !

Selon ses dires, je ne pensais pas que les Japonais portaient un si grand mépris envers les occidentaux, mais il est vrai qu’entre les cultures orientales et occidentales les mentalités et les traditions y sont très différentes et que dès lors des incompréhensions peuvent se former ce qui peut donc provoquer un gros fossé entre ces deux cultures.

Bien sur, je pense que ce qui est dit dans ce bouquin ne doit pas être pris pour une généralité non plus et je reste persuadée que d’autres étrangers partis travailler au Japon ont pu y vivre une expérience très positive ^^ En dehors de cela, ce livre se lit très rapidement, les aventures nippones d’Amélie y sont racontées à  la première personne et elle nous y expose moult détails et impressions sur ce qu’elle vit (ou plutôt subit).

Au final, beaucoup de critiques très mitigées que j’ai pu croiser sur internet qualifient ce livre d’ « humoristique ». Personnellement, je ne l’ai pas trouvé marrant. Certains passages assez cocasses m’ont faire sourire, certes, mais sans plus. Je suis plutôt restée sidérée devant cette lecture et au final je ne sais pas trop quoi en penser !

Note : 5/10 (Avis mitigé, ce livre a du bon et du moins bon, à vous de voir…)

5 - Avis mitigé, ce livre à du bon et du moins bon, à vous de voir...

Laisser un commentaire