Militaires Articles taggés

Resident Evil, tome 1 : La conspiration d’Umbrella de S.D. Perry

Titre : Resident Evil, tome 1 : La conspiration d’Umbrella
Titre original : Resident Evil : Umbrella Conspiracy
Auteur : S.D. Perry
Édition et Parution : Milady, 2014
Nombre de pages : 288

Quatrième de couverture : Raccoon City. Déjà quatre cadavres en un mois, tous victimes de ceux qu’on a surnommés les « tueurs cannibales », parce que les corps ont chaque fois été en partie dévorés. Le dernier espoir de la ville pour endiguer cette violence sans précédent n’est autre que la fameuse escouade des S.T.A.R.S. Cette petite unité d’élite est censée pouvoir parer à toute éventualité… mais face à l’horreur qui les attend dans un manoir à l’abandon, il est bien possible qu’elle se trouve cette fois totalement dépassée.

Autres adaptations : Le jeu Résident Evil (Biohazard au japon) de Capcom est sorti sur Playstation en 1996. Grâce au succès rencontré (écoulé à plus de 40 millions d’exemplaires à ce jour), de nombreuses suites seront réalisées pour la plupart des consoles.

Par la suite, cinq films s’inspireront de l’univers de ces jeux vidéos avec comme actrice principale la célèbre Milla Jovovich. Il faut savoir que les films utilisant la licence « Resident Evil » ne respectent pas la trame scénaristique de la série vidéoludique. Par exemple, Alice, le personnage principale des films, n’existe pas dans la série de jeu. Cependant beaucoup d’éléments de divers opus y sont repris.

Pour terminer, deux autres films en images de synthèses cette fois ont aussi vu le jour : « Biohasard 4D Executer » en 3D, créé par Capcom. (Il dure 19 minutes et n’a été diffusé qu’au Japon. Et « Resident Evil: Degeneration », film d’animation d’horreur inspiré de la série de jeux vidéo Resident Evil sorti en France en DVD le 4 février 2009. Le film se passe chronologiquement un an après Resident Evil 4 et trois ans avant Resident Evil 5. Contrairement aux films Resident Evil tournés avec des acteurs, les faits cités dans Degeneration font partie de la chronologie de la série. (Source Wikipedia)

 

Extraits choisis :

« Un hurlement solitaire retentit au loin, auquel répondirent les jappements étranges et inquiétants des chiens rôdant tout près. Ils devaient être des douzaines là dehors, comprit soudain Jill. L’idée de quitter la maison n’était peut-être pas si bonne. D’un autre côté, sa réserve de munitions était limitée et nul doute que d’autres traînaient dans les couloirs, cherchant aveuglément un autre repas… Quoi qu’il en soit, elle n’avait pas le choix. »

« Les zombies ou les monstres, pas de problème. Mais parlez-moi d’une araignée et je perds tous mes moyens… »

 

Mon avis :

Adapté du célèbre jeux-vidéo portant le même nom, ce premier tome romancé est particulièrement bien retranscrit. Très habilement, tous les détails du jeu se retrouvent dans le livre, le manoir, les personnages (Jill, Chris, Barry, Wesker et les autres !). La retranscription est parfaite malgré quelques hésitations au niveau de la traduction française : en effet, certaines phrases auraient pu êtres beaucoup mieux tournées ! Mais ce petit point négatif n’altère en rien la lecture.

L’ambiance de l’histoire est glauque, entrainante et on se laisse emporter par cette lecture grâce a son rythme haletant. On ne s’ennuie pas. Ce qui est sans doute dû à la narration à la troisième personne et au changement régulier de point de vue des personnages, puisqu’on les suit chacun tour à tour et ce, tout au long de l’aventure. Aussi, les décors sont décrits avec beaucoup de précision (c’est comme si vous y étiez !), les monstres et les zombies sont très crédibles ce qui me permet de vous garantir beaucoup de frissons et un très bon moment de lecture ^^

Le petit point négatif qui m’a tout de même dérangée est le nombre de personnages ! Trop nombreux et le passage de l’un à l’autre n’est pas explicite, donc on s’y perd !

Pour terminer, je suis vraiment contente que cette réédition ait enfin vu le jour, depuis le temps que je l’attendais ! Je possédais quelques tomes de l’ancienne édition qui sont devenus introuvables, ou à des prix exorbitants ! Et grâce à cette réédition tant attendue, je pourrai enfin d’écouvrir la suite de cette saga mondialement connue : Résident Evil ! De plus, je trouve que les nouvelles jaquettes ont vraiment été bien choisies, je les trouves sobres, mais efficaces ! Je suis impatiente de pouvoir enfin les posséder tous dans ma bibliothèque, vivement !

Note : 7/10 (Une excellente lecture, n’hésitez pas !)

7 - Excellente lecture, n'hésitez pas !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Lire plus

Chroniques de l’Armageddon, Tome 1 de J.L. Bourne

Titre : Les chroniques de l'Armageddon, Tome 1
Titre original : Day by Day Armageddon
Auteur : J.L. Bourne
Édition et Parution : Eclipse, 2011
Nombre de pages : 306

Quatrième de couverture : "Mes chers concitoyens, je suis navré de vous faire part qu'en dépit de nos efforts, nos mesures de confinement ne sont pas parvenues à enrayer l'épidémie. Essayez de conserver votre calme. D'après les rapports, cette maladie se transmet par la morsure des individus contaminés. Les personnes infectées décèdent rapidement pour se relever dans l'heure qui suit à la recherche d'êtres vivants dans le but de les tuer. Puisse Dieu nous venir en aide". Vous tenez entre les mains le journal de l'un des derniers survivants de l'apocalypse zombie. Que ces quelques notes vous viennent en aide si vous avez le malheur de faire partie des survivants. Bonne chance...
Lire plus

Le Virus Morningstar, tome 2 : Les cendres des morts de Z.A. Recht

Titre : Le Virus Morningstar, tome 2: Les cendres des morts
Titre original : Morningstar Strain, book 2: Thunder and ashes
Auteur : Z.A. Recht
Edition et parution : Eclipse, 2011
Nombre de pages : 384

Quatrième de couverture : De nombreuses choses peuvent changer en trois mois : des guerres peuvent se résoudre, des nations voir le jour ! et des espèces approcher de l’extinction complète. Le virus Morningstar, une maladie incroyablement virulente, a ravagé toute la planète et contaminé des milliards d’habitants. Les sujets infectés attaquent les individus encore sains. Même la mort n’arrête pas le virus : ses victimes se transforment en zombies cannibales. Cependant, aux quatre coins du monde, des groupes assiégés résistent. Pour certains, la survie est le seul objectif recherché. Pour d’autres, c’est l’accumulation de biens et d’armes qui prédomine. Enfin, certains autres font pression sur les vestiges de l’humanité sous la forme d’un mystérieux remède contre le Morningstar. De leur côté, Francis Sherman et Anna Demilio ne souhaitent qu’une seule chose : découvrir un vaccin. Pour y parvenir, ils vont devoir traverser un pays en ruine et échapper non seulement aux infectés, mais également aux êtres humains sans foi ni loi. Le plus gros de la tempête virale a ravagé le monde, et désormais seuls subsistent le tonnerre lointain et les cendres portées par le vent. Pour les survivants, le péril demeure et la quête du remède n’est que le commencement !

 

Extrait choisi :

« C’est un truc de politiciens. Ils ne considèrent pas les problèmes en fonction de leur probabilité. Ils ne peuvent pas faire comme ça.. S’ils dépensent une énorme somme d’argent pour la prévention d’un danger hypothétique, et que ce dernier blesse tout au plus une mouche, et cela grâce à leur prudence, à leur prévoyance… eh bien, ils sont accusés de gaspiller l’argent public. D’un autre côté, s’ils attendent trop longtemps, on va les accuser d’être des enfoirés sans cœur. L’astuce, c’est de trouver un juste milieu. »

 

Mon avis :

Avant de lire cette chronique, je vous invite à vous rendre ici afin de lire mon avis sur le premier tome car mon opinion après la lecture de celui-ci est quasi identique à celle du premier tome !

Dans ce volume nous lisons en alternance la traversée de deux clans de survivants. Le premier groupe est composé de Mbutu Ngasy, Denton, Brewster, Jack, Rebecca, et d’autres dont je ne me souviens plus le nom. Il inclût plusieurs militaire, même s’il y a quelques civiles parmi eux. Le deuxième groupe est composé de Francis Sherman, Anna Demilio, Julie Ortiz, Trevor, Matt et Junko. Grâce à  Anna Demilio, chercheuse scientifique, on y en apprend un peu plus de choses au sujet du virus Morningstar, ce qui est très intéressant !

Ces deux clans ont un objectif commun. Leur destination finale est un laboratoire de recherche secret nommé Deucelion. Ce bâtiment devrait permettre au Dr. Anna Demilio de trouver des informations manquantes sur le virus afin de pouvoir travailler sur la création d’un vaccin ! Mais bien sûr avant d’y arriver les deux groupes devront surmonter de terribles épreuves !

Il faut tout de même savoir que contrairement au premier tome, celui-ci est beaucoup plus axé sur le côté humain des personnages qui évoluent dans cette apocalypse zombie. On y entend beaucoup parler des infectés, mais leur présence ne se fait pas fort sentir ! J’ai trouvé qu’ils étaient plutôt relégués au second plan et c’est assez dommage car quand j’achète un roman sur les zombies, j’aime qu’ils soient présents tout au long de ma lecture ! A ce niveau-là , je suis donc restée sur ma faim et c’est ici toute la différence avec le premier tome qui lui était donc beaucoup plus axé sur les zombies.

Je regrette aussi le fait que le nombre des personnages soit si important ! Même si la majorité d’entre eux figuraient déjà dans le tome précédent, je n’ai rien appris de plus sur eux dans ce volume ! Je ne me suis attachée à aucun d’entre eux et je trouve cela vraiment dommage ! De plus, vu leur nombre je n’ai pas arrêté de m’emmêler les pinceaux tout au long de ma lecture, ce qui est vraiment râlant !

Sinon dans l’ensemble, je trouve qu’il s’agit ici d’une très bonne suite. Ce roman est efficace, prenant et bien rythmé. L’action et le suspense y est sont bien présents, je ne me suis pas ennuyée une seconde lors de ma lecture et j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. Il se lit rapidement et la plume de l’auteur est agréable, même si j’y ai détecté quelques coquilles et erreurs de traduction, comme celle-ci par exemple « ! soupira le général en soupirant ! », lol ^^ Mais rien de trop grave cependant ;-).

Finalement, je peux bien avouer que j’attends d’ors et déjà avec impatience la sortie du troisième tome qui s’intitulera « Survivants » et devrait sortir en 2015 en France. Je souligne tout de même que comme Z.A. Recht est décédé avant d’avoir bouclé ce troisième tome, ce sera un autre auteur qui prendra le relais.

Note : 6/10 (Une excellente lecture, n’hésitez pas !)

7 - Excellente lecture, n'hésitez pas !

Lire plus

Le virus Morningstar, tome 1 : Le fléau des morts de Z.A. Recht

Titre : Le virus Morningstar, tome 1 : Le fléau des morts
Titre original : Plague of the Dead
Auteur : Z.A. Recht
Edition et parution : Eclipse, 2010
Nombre de pages : 350

Quatrième de couverture : La fin n’est que le commencement : les victimes reviennent d’entre les morts pour arpenter le monde des vivants. Quand une opération militaire de grande envergure échoue à contenir le fléau des morts, ce dernier se transforme en une pandémie mondiale. Désormais, une seule loi naturelle régit le paysage mondial : vivre ou mourir, tuer ou être tué. D’un côté de la planète, à des milliers de kilomètres de chez lui, un général endurci passe en revue le restant de ses troupes: une jeune auxiliaire médicale, un photographe expérimenté, un soldat effronté et des dizaines de réfugiés, tous sous sa responsabilité. Tandis qu’aux états-Unis, un lieutenant-colonel découvre la sombre vérité sur le virus Morningstar et collabore avec une journaliste réputée pour divulguer ses informations au grand public…

Infos : Malheureusement décédé le 10 décembre 2009 à l’âge de 26 ans, Zachary Allan Recht n’aura jamais l’occasion de terminer son oeuvre! Ce premier tome, ainsi que le deuxième paru sous le nom de « Les cendres des morts » ont rencontrés un franc succès à la fois au Royaume-Uni et aux états-Unis, faisant de lui l’une des stars de la nouvelle vague zombie. Le troisième tome « Survivants » sera quand à lui été rédigé par son frère pour complêter son oeuvre.

Extrait choisi :

« Souvenez-vous de cet inventeur américain (…). Il a essayé de faire fonctionner un truc des milliers de fois. Aucun de ses prototypes ne marchait. Les gens ont dit de lui qu’il ne valait rien. Et il a répondu : « je n’ai pas échoué, j’ai trouvé dix mille moyens qui ne fonctionnaient pas. »

Mon avis :

Sans pour autant révolutionner le genre, ce roman s’avère très efficace et prenant ! Un peu différent des autres romans mettant en scène des zombies, ici un virus originaire d’Afrique contamine les gens en les rendant fous-furieux et contagieux ; mais lorsque ces « porteurs » se font tuer, ils renaissent sous la forme de véritables zombies mangeurs de chair humaine tels que nous les connaissons tous, ceux-ci seront nommés ici les « rampants ».

L’utilisation de ces deux types de contaminés est assez astucieuse de la part de Z.A. Recht. Alors que le premier type sera rapide, enragé et extrêmement dangereux comme dans le film « 28 jours plus tard », le deuxième type est lent et désordonné comme dans « La nuit des morts vivants » Nos survivants on donc droit a deux fois plus de soucis face à cette pandémie, ce qui est d’autant plus intéressant !

J’ai trouvé ces deux variétés « d’infectés » très bien décrites et leurs attaques très bien retranscrites par l’auteur. Sans être remarquables pour autant, leurs assauts m’ont permis de ressentir l’impuissance de l’homme face à eux, une fois les armes vides rien ne peut les arrêter et il ne reste plus qu’une chose de possible, FUIR!

Lors de cette lecture, j’ai fait la connaissance de plusieurs personnages d’origine et de milieux différents apportant chacun leur témoignage des différentes étapes de ce terrible fléau. Mbutu Ngasy, aiguilleur du ciel en Afrique et premier témoin de la rage des « porteurs » et de leur renaissance en « rampants ».

Francis Sherman, Général Américain ; Denton, photographe et Brewster, soldat enrôlés en Afrique et ensuite en Egypte afin de créer une barrière pour éviter que le virus ne se propage. Et Julie Ortiz, Journaliste Américaine voulant révéler la pandémie a ses téléspectateurs, mais enlevée et séquestrée par la NSA afin de la vouer au silence…

Leur destin à la base si différent va pourtant les amener à se rencontrer, à se battre et à survivre ensembles. Une galerie de personnages un peu trop conséquente a mon avis que pour s’y attacher réellement, mais malgré cela leurs caractères m’ont semblés intéressants et j’espère les découvrir un peu plus dans le deuxième tome.

L’action se déroule dans plusieurs lieux différents, chacun m’ayant provoqués une batterie d’émotions diverses et variées : la claustrophobie sur un destroyer retournant aux USA, la peur et l’incertitude face a une Amérique post-apocalyptique, la fuite d’un gouvernement voulant « étouffer » le désastre, etc ! Une histoire pleine de suspense, d’action et de rebondissements en tout genre, donc !

Malgré la présence de nombreuses coquilles et une traduction un peu hasardeuse par moments, j’ai trouvé ce roman efficace et bien écrit.
Petit point négatif, je déplore quelque peu l’atmosphère un peu trop militaire que l’on y trouve, mais malgré cela, j’ai pris plaisir à le lire et je compte me jeter sur le tome 2 dès sa sortie ^^

Note : 7/10 (Une excellente lecture, n’hésitez pas !)

7 - Excellente lecture, n'hésitez pas !

Lire plus

World war Z : Une histoire orale de la Guerre des Zombies de Max Brooks

Titre : World war Z: Une histoire orale de la Guerre des Zombies
Titre original : World War Z: An Oral History of the Zombie War
Auteur : Max Brooks
Edition et parution : Le livre de poche, 2010
Nombre de pages : 535

Quatrième de couverture : La guerre des Zombies a eu lieu, et elle a failli éradiquer l’ensemble de l’humanité. L’auteur, en mission pour l’ONU – ou ce qu’il en reste – et poussé par l’urgence de préserver les témoignages directs des survivants de ces années apocalyptiques, a voyagé dans le monde entier pour les rencontrer, des cités en ruine qui jadis abritaient des millions d’âmes jusqu’aux coins les plus inhospitaliers de la planète. Il a recueilli les paroles d’hommes, de femmes, parfois d’enfants, ayant dû faire face à l’horreur ultime. Jamais auparavant nous n’avions eu accès à un document de première main aussi saisissant sur la réalité de l’existence – de la survivance – humaine au cours de ces années maudites. Depuis le désormais tristement célèbre village de Nouveau-Dachang, en Chine, là où l’épidémie a débuté avec un patient zéro de douze ans, jusqu’aux forêts du Nord dans lesquelles – à quel prix ! – nombre d’entre nous ont trouvé refuge, en passant par les États-Unis d’Afrique du Sud où a été élaboré l’odieux plan Redecker qui finirait pourtant par sauver l’humanité, cette chronique des années de guerre reflète sans faux-semblants la réalité de l’épidémie. Prendre connaissance de ces comptes-rendus parfois à la limite du supportable demandera un certain courage au lecteur. Mais l’effort en vaut la peine, car rien ne dit que la 2e Guerre mondiale sera la dernière.

 

Extrait choisi :

« La seule façon de tuer un zombie, c’est de lui détruire le cerveau. Vous ne trouvez pas ça ironique ? En tant qu’entité, ils n’ont aucune intelligence collective. Pas de hiérarchie, pas de chef, aucune chaîne de commandement, aucune communication et rien qui ressemble de près ou de loin à un début de coopération. On n’avait pas de président à assassiner, pas de quartier général à faire sauter, rien. Chaque zombie est une unité autonome, autosuffisante, voilà l’essence de cette guerre. »

Mon avis :

Après avoir lu « Le guide de survie en territoire zombie » que j’avais bien aimé, j’ai voulu enchainer ensuite sur « World War Z » du même auteur. Je dois finalement vous avouer que cette lecture m’a déçue à plus d’un point… Pas au niveau de la forme, non, car j’ai trouvé l’idée des interviews très intéressante ! Mais c’est plutôt au niveau du contenu que ça coince… »

Il faut savoir que ce roman est construit comme un rapport factuel commandé par l’UNPCR (la Commission d’Enquête d’Après-guerre des Nations Unies). Il contient un recueil de témoignages sous forme d’interview des personnages ayant participé de près ou de loin aux moments clés de la guerre mondiale Z. On n’y trouvera donc pas d’intrigues. Le récit se déroule lentement et chronologiquement à travers les yeux de quelques survivants.

L’approche est résolument réaliste, l’auteur traite les aspects sociaux, militaires, économiques et politiques d’une menace à l’échelle planétaire différente de tout ce que l’Humanité n’ait jamais connu. J’ai trouvé l’idée de base bonne, le fait d’imaginer ce qu’une troisième guerre mondiale signifierait pour notre monde et quels bouleversements cela engendrerait.

Max Brooks se penche sur tous les continents et sur beaucoup de pays, avec une énorme culture générale et base de connaissance, il imagine un monde d’après guerre plausible et cohérent. Le zombie représente alors l’inconnu, le danger qui nous guette mais dont on ignore l’existence.

Malgré cela, j’ai eu du mal à accrocher à tous ces aspects militaires, économiques et politiques ; Je me suis par moment ennuyée lors de cette lecture et j’aurais préféré que l’aspect social soit beaucoup plus développé. Je ne me suis attachée a aucun personnages présentés ici et j’ai vraiment eu beaucoup de mal a le terminer…

Pour clôturer, heureusement que le film est bien meilleur que le livre, même si il n’y à pas grand chose à comparer entre ces deux versions, il faut bien le dire ! Le roman ne me laissera quant à lui, pas un souvenir mémorable !

Ma Note : 6/10 (Une lecture divertissante !)

6 - Lecture divertissante !

Lire plus

L’aveuglement de José Saramago

Titre : L'aveuglement
Titre original : Ensaio sobre a cegueira
Auteur : José Saramago
Édition et Parution : Points, 2008
Nombre de pages : 365

Quatrième de couverture : Un homme devient soudain aveugle. C'est le début d' une épidémie qui se propage à une vitesse fulgurante à travers tout le pays. Mis en quarantaine, privés de tout repère, les hordes d' aveugles tentent de survivre à n' importe quel prix. Seule une femme n' a pas été frappée par le blancheur lumineuse. Saura-t-elle les guider hors de ces ténèbres désertées par l'humanité ?
Lire plus