Tokyo magnitude 8 de Usumaru Furuya

Titre : Tokyo magnitude 8
Titre original : Kanojo wo Mamoru 51 no Houhou
Auteur : Usumaru Furuya
Édition et Parution : Panini Manga, 2000 (trois premiers tomes), 2010 (deux derniers)
État de la série : 5/5 (Terminée)
Nombre de pages : Environ 190 pages par tome

Résumé : Que se passerait-il si un séisme d’amplitude majeure se produisait aujourd’hui à Tokyo ? Villes détruites, tourbillons de feu, enfants devenus orphelins, comportements humains désespérés mus par le courage ou par la perversion. Jin Mishima, salaryman en devenir, et son amie Nanako Okano, gothic lolita fan de Visual Kei, qui s’étaient perdus de vue depuis le collège, vont malheureusement l’apprendre à leurs dépends. Vont-ils réussir à mettre de coté leurs différences de point de vue sur la vie pour survivre ?

Autre adaptation : Une série animée japonaise est sortie en 2009. Réalisée par Masaki Tashimada (avec Nozaki Atsuko au chara-design) et scénarisé par Natsuko Takahashi, produit par les studios Bones et Kinema Citrus et diffusé par la chaîne Fuji TV.


Extraits choisis :

tokyo-magnitude-8- usumaru-uuruya-extrait-4tokyo-magnitude-8- usumaru-uuruya-extrait-1tokyo-magnitude-8- usumaru-uuruya-extrait-2tokyo-magnitude-8- usumaru-uuruya-extrait-3

 

Mon avis :

Un manga qui représente malheureusement trop l’actualité Japonaise de ces derniers mois, les tremblements de terre, le tsunami, le chaos que tout cela à provoqué, la désolation, le nombre de vies humaines perdues ! Tout cela est repris dans ce manga qui nous montre un monde post-apocalyptique très surprenant quand on le compare à la réalité.

J’ai beaucoup apprécié ma lecture des trois premiers tomes car ils sont emplis d’émotions fortes, de passages très bouleversants et de bravoure. Par contre j’ai beaucoup moins aimé les deux derniers à cause de ce long passage qui parle de cette tour dans laquelle les femmes se réfugient à cause de tous les hommes qui sont devenus fous et veulent les violer et/ou les tuer ! J’ai trouvé cette scène complètement aberrante car elle n’apporte rien à l’histoire et de plus, elle m’à beaucoup dérangée car je ne m’attendais pas à ça dans un manga qui commençait si bien…

Les deux personnages principaux Jin et Nanako sont tous deux très attachants. Quoique, par moments, j’ai quand même trouvé Nanako très chiante, du genre c’est l’apocalypse, le monde part en sucette et la nana elle pleure car elle à mouillé ses chaussures qui valent une fortune… Jin de son coté à un caractère est beaucoup plus mature que celui de Nanako et le duo des ces deux personnages ensemble donne très bien et apporte vraiment un plus à cette histoire.

Ce que j’ai trouvé très bien au niveau du scénario c’est que le mangaka ne verse pas ses personnages dans l’héroïsme. Le passage très intense ou Jin tente de sauver les malheureux coincés dans l’éboulement du centre commercial est très beau, humain et non exagéré. Pour vous dire, j’ai même versé une petite larme lors de ma lecture. Les réactions de tous les personnages face à tout ce qu’ils vivent m’ont semblées justes et parfaitement crédibles.

De plus graphiquement, je l’ai trouvé très agréable à regarder, les traits sont assez fins et les décors sont hyper réalistes. Le mangaka utilise beaucoup les trames sombres et les hachures dans ses dessins, ce qui donne l’impression que les visages sont très expressifs. L’atmosphère est, elle aussi, très bien reproduite sur le papier et dégage vraiment une impression de terreur et d’oppression constante.

Bref, une très bonne série en cinq tomes (même si j’ai été pas mal déçue pas les deux derniers que je conseillerai plutot aux adultes car elle contient des passages fort choquants pour les plus jeunes.

Note : 7/10 (Une excellente lecture, n’hésitez pas !)

7 - Excellente lecture, n'hésitez pas !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire