World war Z : Une histoire orale de la Guerre des Zombies de Max Brooks

Titre : World war Z: Une histoire orale de la Guerre des Zombies
Titre original : World War Z: An Oral History of the Zombie War
Auteur : Max Brooks
Edition et parution : Le livre de poche, 2010
Nombre de pages : 535

Quatrième de couverture : La guerre des Zombies a eu lieu, et elle a failli éradiquer l’ensemble de l’humanité. L’auteur, en mission pour l’ONU – ou ce qu’il en reste – et poussé par l’urgence de préserver les témoignages directs des survivants de ces années apocalyptiques, a voyagé dans le monde entier pour les rencontrer, des cités en ruine qui jadis abritaient des millions d’âmes jusqu’aux coins les plus inhospitaliers de la planète. Il a recueilli les paroles d’hommes, de femmes, parfois d’enfants, ayant dû faire face à l’horreur ultime. Jamais auparavant nous n’avions eu accès à un document de première main aussi saisissant sur la réalité de l’existence – de la survivance – humaine au cours de ces années maudites. Depuis le désormais tristement célèbre village de Nouveau-Dachang, en Chine, là où l’épidémie a débuté avec un patient zéro de douze ans, jusqu’aux forêts du Nord dans lesquelles – à quel prix ! – nombre d’entre nous ont trouvé refuge, en passant par les États-Unis d’Afrique du Sud où a été élaboré l’odieux plan Redecker qui finirait pourtant par sauver l’humanité, cette chronique des années de guerre reflète sans faux-semblants la réalité de l’épidémie. Prendre connaissance de ces comptes-rendus parfois à la limite du supportable demandera un certain courage au lecteur. Mais l’effort en vaut la peine, car rien ne dit que la 2e Guerre mondiale sera la dernière.

 

Extrait choisi :

« La seule façon de tuer un zombie, c’est de lui détruire le cerveau. Vous ne trouvez pas ça ironique ? En tant qu’entité, ils n’ont aucune intelligence collective. Pas de hiérarchie, pas de chef, aucune chaîne de commandement, aucune communication et rien qui ressemble de près ou de loin à un début de coopération. On n’avait pas de président à assassiner, pas de quartier général à faire sauter, rien. Chaque zombie est une unité autonome, autosuffisante, voilà l’essence de cette guerre. »

Mon avis :

Après avoir lu « Le guide de survie en territoire zombie » que j’avais bien aimé, j’ai voulu enchainer ensuite sur « World War Z » du même auteur. Je dois finalement vous avouer que cette lecture m’a déçue à plus d’un point… Pas au niveau de la forme, non, car j’ai trouvé l’idée des interviews très intéressante ! Mais c’est plutôt au niveau du contenu que ça coince… »

Il faut savoir que ce roman est construit comme un rapport factuel commandé par l’UNPCR (la Commission d’Enquête d’Après-guerre des Nations Unies). Il contient un recueil de témoignages sous forme d’interview des personnages ayant participé de près ou de loin aux moments clés de la guerre mondiale Z. On n’y trouvera donc pas d’intrigues. Le récit se déroule lentement et chronologiquement à travers les yeux de quelques survivants.

L’approche est résolument réaliste, l’auteur traite les aspects sociaux, militaires, économiques et politiques d’une menace à l’échelle planétaire différente de tout ce que l’Humanité n’ait jamais connu. J’ai trouvé l’idée de base bonne, le fait d’imaginer ce qu’une troisième guerre mondiale signifierait pour notre monde et quels bouleversements cela engendrerait.

Max Brooks se penche sur tous les continents et sur beaucoup de pays, avec une énorme culture générale et base de connaissance, il imagine un monde d’après guerre plausible et cohérent. Le zombie représente alors l’inconnu, le danger qui nous guette mais dont on ignore l’existence.

Malgré cela, j’ai eu du mal à accrocher à tous ces aspects militaires, économiques et politiques ; Je me suis par moment ennuyée lors de cette lecture et j’aurais préféré que l’aspect social soit beaucoup plus développé. Je ne me suis attachée a aucun personnages présentés ici et j’ai vraiment eu beaucoup de mal a le terminer…

Pour clôturer, heureusement que le film est bien meilleur que le livre, même si il n’y à pas grand chose à comparer entre ces deux versions, il faut bien le dire ! Le roman ne me laissera quant à lui, pas un souvenir mémorable !

Ma Note : 6/10 (Une lecture divertissante !)

6 - Lecture divertissante !

Laisser un commentaire