La génération Y d’Olivier Rollot

 

Titre : La génération Y
Auteur : Olivier Rollot
Edition et parution : PUF (Presses Universitaires de France), 2012
Nombre de pages : 296

Quatrième de couverture : Ceux qu’on appelle les Y sont aujourd’hui 16 millions. Ils sont aussi bien l’âge des premières responsabilités dans l’entreprise que celui de la préadolescence. S’ils ne sont pas tous nés dans l’ère digitale, ils y ont tous baigné. S’ils n’ont pas tous vu leurs parents traverser des périodes de chômage, ils ont tous pu constater que l’ère du plein emploi était derrière eux. Si leurs parents ne sont pas tous des divorcés, ils sont pour beaucoup les produits de couples recomposés. Passionnée par le web et les technologies, réticente à s’investir dans l’entreprise mais prête à travailler sans fin si le projet la motive, ouverte sur le monde, la Génération Y est celle du questionnement (en anglais, « Y » se prononce « WHY ») et de la remise en question. La Génération Y est porteuse de tels bouleversements qu’elle va, à la manière de leurs baby-boomers de grands-parents, peu à peu imposer ses codes à  toute la société. Bienvenue à ceux qui se définissent en « i » : inter-connectés, inventifs, individualistes et impatients.

 

Génération fidélité ?

« La fidélité dans le couple est une valeur en hausse chez les jeunes. Nombreux sont ainsi les couples à se former vers l’âge de dix-sept ans, voir plus jeune, et à exister encore dix ans plus tard. Dans une étude sur l’évolution de valeurs des jeunes entre 1979 et 2006 », l’économiste Régis Bigot note que ce sont les moins de 30 ans qui défendent le plus la valeur « d’engagement profond » que représente le mariage : 62%, contre 56% chez les plus de 30 ans, une proportion qui s’est inversée en trente ans (1). Dans ce qui peut paraître comme un paradoxe, ces mêmes jeunes sont également très favorables au principe de sa dissolution par simple accord des deux parties (à 61%, contre 48% pour les plus de trente ans dans l’étude précitée.) Mais, comme l’analyse Régis Bigot, « c’est justement parce que les jeunes ne tiennent pas à maintenir une union qui n’aurait plus de sens ». Heurtés par les unions parfois brinquebalantes de leurs parents, les Y veulent tout faire pour que les leurs durent. Ils entendent donc être fidèles. Mais leur quête d’absolu les pousse aussi à vite détruire ce qu’ils trouvent imparfaits. Ou comment une vision idéalisée du mariage peut pousser un jour au divorce… »

(1) Enquête menée pour le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc), à  retrouver sur www.credoc.fr/pdf/Sou/Valeursdesjeunesentre1979et2006.pdf

 

C’est le résumé de ce livre qui a attisé ma curiosité, étant moi-même une Y née entre 1981 et 1999 ! Je suis née en 1988 pour être exacte et j’ai eu mon premier ordinateur à 8 ans et mon premier smartphone à 10 ! J’ai grandi entourée des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Aujourd’hui, ces outils font partie intégrante de ma vie et je ne pourrais pas imaginer vivre sans. Je passe plusieurs heures par jour sur Internet, pour dialoguer, m’informer, jouer, etc. Et le smartphone ou la tablette me permettent d’être connectée et joignable à toute heure du jour et de la nuit.

Il faut bien l’avouer, nous sommes une génération à part et ce livre nous permet de nous en rendre compte ! La génération Y, tel est le nom qui nous a été attribué fait aujourd’hui partie intégrante de la société. Nous essuyons de nombreuses critiques au sujet de notre mode de vie et de nos valeurs par les générations précédentes qui ne nous comprennent pas.

Oui nous sommes différents ! Puisque nous sommes « Interconnectés, Inventifs, Individualistes et… Impatients« . Mais il ne faut pas juger cela d’un point de vue négatif, non : Ces traits de caractères sont notre force !

Ce livre est intéressant et criant de vérité, je n’ai pu m’empêcher de m’identifier à ce qui était écrit. Tout au long je me suis totalement retrouvée dans ces descriptions humaines très réalistes. Bien qu’il ne fasse pas partie de cette génération, l’auteur a su saisir les subtilités de nos comportements et les dépeindre sur le papier avec une justesse et une neutralité saisissante !

De plus, il touche à tout au vu du découpage des chapitres par thèmes. Pratiquement tout y est abordé : « Génération désirée », « Génération angoissée », « Génération Facebook », « Génération internationale », « Génération Innovation », « Génération sexe ».

L’ensemble est enrichi de statistiques, de référence, d’articles, etc. Ce qui rend malheureusement le tout un peu lourd à lire. La concentration est de mise quand on lit ce genre de document ! Mais en tout cas, pour ma part, j’ai pris conscience de certaines choses intéressantes en le lisant. ^^

J’ai vraiment apprécié cette lecture que je conseille à tous sans discernement d’âge ! Je pense qu’il mérite vraiment d’être lu par le plus grand nombre afin d’essayer de mieux se comprendre entre générations et pour ne plus juger sans savoir.

 

8/10 (Bravo ! Une lecture indispensable !)

8 - Bravo ! Lecture indispensable

4 commentaires à La génération Y d’Olivier Rollot

  • David  dit:

    ça doit être intéressant. Mais nous ne sommes pas une génération à part. La prochain sera bercé à la réalité virtuelle, aux robots, et autres IA. Chaque génération a su profiter des évolutions de sa périodes et a été mal jugé par la précédente ( le vélo, c’était autre chose que la voiture !… La cheminée, c’était bien mieux que vos chaudiéres !^^). Ce sera aussi le cas pour la suivante, et ça commence déjà d’aprés ce que j’entends tout les jours à mon boulot^^.

    • Tristhenya  dit:

      En effet, c’est un livre très intéressant ! ^^ Mais pour le coup, je ne suis pas d’accord avec toi, je pense réellement que nous sommes une génération à part. Nous sommes nés en plein boom technologique de l’information et de la communication, nous avons grandi avec et pour la plupart nous y sommes connectés constamment. Se servir de ces technologies est pratiquement quelque chose d’inné pour nous tandis que les générations précédentes ont eu de la difficulté à l’apprivoiser, certains ne s’y sont même jamais essayés.

      A mes yeux, notre génération est la passerelle entre un monde pauvre en technologies (télévision, téléphone fixe) à un monde ultra technologique ou elle est partout, tout le temps et « pratiquement » en tous lieux. La réalité virtuelle, les robots, et autres IA seront une suite logique de l’évolution de ces technologies, il s’agira d’une génération Y 2.0 en quelque sorte 😀

      Bien sûr, chaque génération trouvera toujours que c’était mieux « Avant », moi-même je suis terriblement nostalgique de cet « avant ». ^^

  • Lutin82  dit:

    Je le note, en pourquoi pas. Tu m’a convaincue pour l’apport entre génération.

    • Tristhenya  dit:

      Super 😉 Je suis contente que ma chronique t’ait donné envie de le lire ^^ Je te souhaite une excellente journée !

Laisser un commentaire