Le camp de Christophe Nicolas

 

Titre : Le camp
Auteur : Christophe Nicolas
Édition et Parution : Fleuve (Outrefleuve), 2016
Nombre de pages : 400

Quatrième de couverture : Un homme sort de terre, décharné, nu, un collier de métal autour du cou. Rassemblant ses dernières forces, il escalade un grillage et fuit, enfin libre. Le lendemain, il est retrouvé mort. Six ans plus tard. Flora emménage dans la maison familiale au lieu-dit La Draille. Cyril est venu l’aider, et Marie, sa compagne, doit les rejoindre le lendemain. Mais à son arrivée, Cyril et Flora ont disparu. Le village est désert. Vidé de tous ses habitants au cours de la nuit. L’armée, une horreur indicible et la lâcheté des hommes séparent désormais Cyril et Marie.

 

« Les romans, eux, ne marchaient pas à tous les coups. Les premières minutes de lecture s’avéraient toujours périlleuses, le désespoir tapi derrière chaque phrase, prêt à lui sauter à la gorge. Mais quand elle parvenait à se plonger dans l’histoire – des romans noirs de préférence, sans aucune trace de romance –, réellement dedans, elle reprenait vie, l’espace d’un instant, dans la peau d’un autre. Ça ne durait jamais longtemps, juste assez cependant pour échapper au néant, remonter à la surface et reprendre assez d’air pour affronter les ténèbres jusqu’à la bouffée suivante. »

 

Cela faisait un moment déjà que le camp de Christophe Nicolas était dans ma PAL et me faisait de l’œil quand j’ai fini par le lire. Il faut dire que la couverture de ce roman est terriblement intrigante ! Qui est donc cette personne dont le cou est cerclé d’un collier en métal et quel est ce camp dont le titre fait allusion?

Il y a quelques années d’ici, j’avais déjà eu l’occasion de découvrir la plume de l’auteur avec le roman « Le projet harmonie » que j’avais bien apprécié. J’étais donc curieuse de me replonger dans une autre histoire sortie de son imagination débordante. Et je ne regrette absolument pas, car j’ai adoré ce que j’ai lu !

Le camp est un roman terriblement envoûtant ! Il est impossible de le lâcher avant de l’avoir terminé, même à une heure avancée de la nuit. Il fallait absolument que j’enchaîne les chapitres et que je découvre le fin mot de cette histoire ! C’est un véritable page turner, vous êtes prévenus !

D’ailleurs, je ne suis pas la seule à vous le dire puisque même le quatrième de couverture le signale a ses lecteurs : « Ne le commencez pas au coucher, nuit blanche assurée » et cette phrase n’est en rien exagérée, croyez-moi ! Car ce roman est doté d’un dynamisme sans faille ! Et mon cœur a palpité à 1000 à l’heure à l’unisson avec celui des personnages.

Pour en venir à l’histoire en elle-même, elle se situe dans un petit village français au lieu-dit La Draille. Nous faisons la connaissance de Flora qui y emménage dans la maison familiale avec l’aide de Cyril, un ami proche. Marie, la compagne de ce dernier doit les rejoindre le lendemain.

Seulement à son arrivée, Cyril et Flora ont disparu. Le village est totalement déserté de tous ses habitants ! Ou sont-ils passés ? que leur est-il arrivé ? Pour le savoir, je vous invite à le lire pour découvrir ! Mais préparez-vous car l’intrigue est très complexe et ne manquera pas de vous secouer les méninges.

Il se trouve qu’en parallèle de l’histoire des disparus dont fait partie Cyril et les villageois, nous découvrons également le parcours de Marie complètement dévastée face à la disparition de son fiancé. Un amour sans failles les unit et les sentiments qu’elle éprouve à son égard sont très réalistes.

Je pense que ce sont exactement les sentiments que j’aurais éprouvés, si je m’étais retrouvée dans la même situation qu’elle et ça m’a beaucoup touchée. Dans l’ensemble, j’ai trouvé les personnages très attachants et réalistes. De ce fait, je me suis souciée de leur sort jusqu’à la toute fin.

Je garderai également un excellent souvenir de Cyril qui a une manière d’appréhender les choses que j’ai appréciée, son aspect psychologique est plus poussé. C’est un personnage qui as de la profondeur et qui ne seras pas épargné par l’histoire.

La première partie du roman avec son huis clos autour de la mystérieuse disparition est trépidante et angoissante. La seconde partie, plus ciblée survie post-apocalyptique est, quant à elle, totalement horrifiante et ne manquera pas de vous glacer les os.

Ce thriller contient un soupçon de fantastique, voire même un chouia de science-fiction, mais il parvient à maintenir un côté réaliste qui s’avère être très sombre et inquiétant. Ça se lit avec une facilité déconcertante !

L’auteur est habile de sa plume, il utilise un langage sobre et sans fioritures. Les chapitres sont courts et dynamiques. Le sujet est bien maîtrisé et recherché. D’ailleurs, je n’ai pu que remarquer le parallèle certain avec les nazis de la seconde guerre mondiale et leurs expériences scandaleuses.

J’ai été captivée et surprise par cette lecture, du début à la fin ! Et, malgré justement une fin un peu abrupte qui le fera passer de peu à côté du coup de cœur, je garderai un excellent souvenir de cette lecture et je ne manquerai pas de suivre de près la bibliographie de Christophe Nicolas.

Je vous le conseille absolument, je pense que vous ne serez pas déçus ! 😉

 

9/10 (Pratiquement un coup de cœur, foncez !)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.