The book of Ivy, tome 1 d’Amy Engel

 

couverture the book of ivy emy engel Titre : The book of Ivy, tome 1
Titre original : The book of Ivy, book 1
Auteur : Amy Engel
Edition et parution : Pocket Jeunesse (Best seller), 2016
Nombre de pages : 301

Quatrième de couverture : Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple. J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu. Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche… Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

 

« Mais j’ai appris à la dure qu’on ne choisit pas la personne qu’on aime. C’est l’amour qui nous choisit, qui se fiche bien de ce qui est pratique, facile ou planifié. L’amour a ses propres projets et tout ce que nous pouvons faire, c’est le laisser agir à sa guise. »

J’ai pu lire sur internet énormément d’éloges au sujet de ce roman, il a été chroniqué sur de nombreux blogs et photographié sur une multitude de Bookstagram, ce qui a fini par achever de mon convaincre de me lancer dans cette lecture.

Une petite dystopie pas trop longue dont le quatrième de couverture me semblait plutôt attrayant. Cependant, quand une chose remporte beaucoup de succès, mes attentes a son égard sont décuplées ce qui finit toujours par décevoir… et j’ai là, je dois le dire, j’ai été un peu déçue. 🙁

En effet, même si je l’ai lu très rapidement, en deux soirées c’était bouclé, je n’ai pas trouvé l’univers ni le déroulement de l’histoire d’une grande originalité. Par moment, je me suis ennuyée et je me suis demandé plusieurs fois quand l’histoire en elle-même allait enfin commencer !

Deux générations après qu’une guerre nucléaire ait décimé la quasi-totalité des habitants de la planète, le monde n’est plus ce qu’il était. L’intrigue se situe dans une petite ville fortifiée de 10000 habitants encerclée d’une barrière derrière laquelle personne ne sait ce qui se trouve. Les seules personnes qui pourraient répondre à cette question sont les criminels condamnés qui ont été mis dehors et forcés de s’exiler…

Fondé par la famille Westfall, le pouvoir a fini par passer entre les mains de la famille Lattimer. Ces derniers, pour maintenir la paix, ont décidé de mettre en application un système de mariages arrangés qui promet leur fils Bishop Lattimer à la fille de la famille déchue Ivy Westfall.

Ivy est une jeune fille de 16 ans intelligente et réfléchie à laquelle on s’attache facilement. Une terrible mission lui a été confiée dès son plus jeune âge par son père et sa sœur : assassiner son futur époux qui n’est autre que le fils du président actuel afin de pouvoir reprendre leur place au pouvoir !

L’endoctrinement qu’elle subit par sa famille est bien décrit, isolée depuis sa plus tendre enfance, elle est orpheline de mère et est constamment accompagnée de son père et de sa sœur. Manipulée afin de mettre leur plan a exécution pour qu’ils puissent retrouver leur place en tête de cette société. Leur avenir repose entre ses mains, mais parviendra-t-elle à accomplir cette mission a laquelle elle est destinée ? Quel choix fera-t-elle ?

De la même manière qu’Ivy, nous découvrons au fil de pages, Bishop Lattimer qui s’avère être un jeune homme bien sous tout rapport ! Le genre de garçon qu’il ne me dérangerait pas de rencontrer dans la vraie vie, tant il est adorable et prévenant. Il traite Ivy avec respect et sincérité et n’a, semble-t-il, aucune intention malveillante à son égard.

Nous passons la majeure partie de ce roman à suivre l’éclosion de ce couple qui se cherche et finit par se trouver. A mon sens, plus qu’une dystopie, ce roman est plutôt une romance à la Roméo et Juliette où la descendance de deux familles rivales finit par s’unir pour maintenir la paix (ou pas !)

Ma déception vient de là. Je regrette que la totalité de ce roman soit basée sur cette histoire d’amour… Je suis loin d’être une amatrice des romans à l’eau de rose et celui-ci s’en rapproche malheureusement un peu trop à mon goût. Cette histoire est trop concentrée sur la relation entre les deux héros, et même si elle est plaisante, elle ne manque pas de faiblesse.

Je dois avouer que même si les romances et moi ça fait deux, l’auteure parvient à rythmer avec une grande exactitude la relation des deux personnages principaux ! Rien n’est précipité et cela rend leur attachement l’un pour l’autre d’autant plus réel et touchant. Le style d’écriture d’Amy Engel est très agréable à lire ! Je n’ai pas vu les pages défiler !

Bien entendu, nous sommes d’accord, généralement les dystopies contiennent toutes une histoire d’amour (« Hunger Games », « Divergente », etc.) Cependant, ici je la trouve beaucoup trop présente, tandis que l’univers dépeint en trame fond n’est quant à lui pas assez élaboré. En somme, je compare un peu ce roman à « La sélection », mais en beaucoup moins abouti.

Vous l’aurez compris, je regrette le manque de détails sur cette société d’après-guerre qui nous est dépeinte dans ce roman. J’aurais aimé en savoir plus sur cette petite ville qui subsiste au milieu du néant. Et surtout que ce se trouve-t-il derrière cette immense barrière ?

Heureusement, la fin apporte un regain d’énergie à ce propos, mais également une légère frustration. C’est au moment où cela devient enfin vraiment intéressant que l’histoire s’achève… Toutefois, c’est ce twist intense des trente dernières pages, justement, qui m’a donné l’envie d’enchaîner sur la suite de cette saga. Sans ça, je me serais très certainement arrêtée là.

6/10 (Une lecture divertissante !)6 - Lecture divertissante !

4 commentaires à The book of Ivy, tome 1 d’Amy Engel

  • Fantasybooksaddict  dit:

    J’ai beaucoup aimé ce tome 1 ! Hâte de pouvoir poursuivre !

    • Tristhenya  dit:

      Hello Fantasybooksaddict 😉 J’ai poursuivi et j’ai bien mieux préféré le deuxième tome ^^ La chronique très bientôt 😀 Merci pour ta visite !

  • David  dit:

    Personellement, j’ai beau avoir entendu beaucoup de bien sur ce roman, je n’ai jamais été emballé par ce qui s’en dit. Donc je crois que ce n’est pas pour moi^^.

    • Tristhenya  dit:

      Je ne pense pas non plus que ce roman puisse te plaire. Mais ce n’est pas grave, hein ce ne sont pas les choses à lire qui te manquent 😉

Laisser un commentaire