Underground de Sarah Lotz et Louis Greenberg (S.L. Grey)

Titre : Underground
Auteur : Sarah Lotz et Louis Greenberg (S.L. Grey)
Édition et Parution : Fleuve (Outrefleuve), 2017
Nombre de pages : 398

Quatrième de couverture : Et si la menace ne venait pas de l’extérieur ? Un virus mortel s’abat sur l’Asie et décime les populations en un temps record. Alors que l’épidémie s’étend et plonge le monde entier dans le chaos, une minorité – des survivalistes – s’est préparée à cette menace. Ils sont cinq familles à avoir investi dans ce qu’on appelle le Sanctuaire, un luxueux complexe souterrain de survie et d’autosuffisance, censé les protéger de tout danger mortel. Les portes se referment sur eux, verrouillées et sécurisées par un code, connu d’un seul homme. Mais qui sont vraiment ces privilégiés, reclus dans leur bunker haut de gamme ? Et qu’est-ce qui les lie à part une volonté féroce de survivre ? Car entre les obsessions racistes et religieuses des uns, les délires et phobies des autres, cette communauté paraît au bord de l’implosion. Pourquoi, un équilibre semble se maintenir. Jusqu’à ce qu’un corps soit découvert dans le bunker …

 

Extrait choisi :

« Ne pas réussir à me rappeler depuis combien de temps nous sommes ici-bas m’inquiète, même si cela ne peut faire plus de deux ou trois jours. Accroupie au-dessus de ma valise aux entrailles étalées, je me force à rassembler mes souvenirs, à compter le nombre de périodes de sommeil et de repas que nous avons pris depuis notre arrivée, j’essaie de ponctuer cette éternelle obscurité par l’idée d’un lever de soleil, d’un authentique crépuscule. »

 
 
Mon avis :

Voici un livre qui m’emballait énormément et qui m’a finalement après coup, beaucoup déçue 🙁 Pourtant, cette histoire avait vraiment de quoi me plaire, du survivalisme, de l’isolement, des personnages sympas au premier abord,… Seulement la sauce n’a pas pris et j’ai eu du mal à le terminer. Je me suis ennuyée ferme pendant cette lecture !

Alors qu’un virus (AOBA) fait des dégâts sur terre en tuant des millions de gens, plusieurs familles de survivalistes emménagent dans les appartements qu’ils ont acquis au prix fort au sein d’un bunker appelé « Le sanctuaire ». Ce lieu est censé les protéger et leur permettre de maintenir un train de vie de luxe malgré le chaos qui règne à l’extérieur.

Isolés du monde avec des gens qu’ils ne connaissent pas ou peu, les voilà rapidement confrontés à la mort du propriétaire et architecte du bunker, qui était le seul à connaitre le code de la porte de sortie. Les suspicions pèsent dès lors sur tout le monde, les résidents s’accusent et se chamaillent, mais qui es le vrai coupable ? Ça je vous laisse le lire pour le découvrir 😉

« Underground » est un roman mélangeant science-fiction, thriller et survivalisme. Le tout sur un fond de suspense psychologique. Chaque chapitre porte le nom d’un personnage que l’on va y voir évoluer. Ils représentent chacun la famille ou le groupe auquel il appartient. Une manière de faire qui aurait pu apporter du rythme a ce récit.

Seulement, cette histoire m’a finalement semblée très lente et sans grand intérêt. Il y a peu de rebondissements, les événements s’enchaînent et se ressemblent… Le huis-clos est bien présent, mais j’ai eu du mal à en ressentir l’ambiance confinée afin de me plonger totalement dans l’univers très particulier de ce bunker sous-terrain.

Ce qui a gâché également cette lecture est le nombre trop conséquent de personnages différents, qui ne m’ont pas vraiment convaincue. Hormis, peut-être Jae Lin un jeune geek asiatique et amateur de jeux vidéo en ligne, Gina la fille de deux fondamentalistes religieux survivalistes complètement cinglés et Cait une jeune fille au pair sud-africaine. Ces trois protagonistes ont plus retenu mon attention que les autres.

Il m’était plus facile de m’identifier à eux car, dans l’ensemble, ces trois jeunes gens ont l’air normaux comparés aux autres qui sont beaucoup plus caricaturaux ! J’ai d’ailleurs découvert dans ce roman le plus détestable, horrible et violent des personnages qu’il m’ait été donné de croiser jusqu’à présent. Brett Guthrie ! Le frère de Gina… Con comme un manche à balais et complètement cinglé ! Tout au long, je n’avais qu’un envie : lui mettre des baffes !

Heureusement, la fin de ce roman, sauve en quelque sorte le reste car je suis restée sur les fesses quand certaines questions ont trouvé leurs réponses. Je ne m’attendais pas à de telles révélations ! Ce qui est dommage c’est que ça arrives trop tard et que ça ne m’auras pas empêché de m’ennuyer pendant cette lecture.

Bien sûr, tout ce qui est dit ici n’est que mon avis personnel. Je vous invite donc, s’il vous tente, de le lire afin de vous en faire votre propre opinion 😉

 
Note : 6/10 (Avis mitigé ce livre à du bon et du moins bon à vous de voir…)

 

4 commentaires à Underground de Sarah Lotz et Louis Greenberg (S.L. Grey)

  • David  dit:

    Personellement le pitch ne m’emballe déjà pas tellement j’ai l’impression de l’avoir déjà vu. Si on met de côté l’aspect « luxueux », je pense que trop de choses ont déjà été dites sur ce sujet. Je passerais mon tour^^.

    • Tristhenya  dit:

      Tu ne rateras rien d’exceptionnel en passant ton tour 😉 Cette lecture n’apporte rien de bien nouveau au genre.

  • Khiad  dit:

    Hmmmm… Je suis bien embêtée… Le résumé me tentait énormément (tout comme la couverture) et ta chronique a un peu fait retomber le soufflé… :/

    Bon, la meilleure chose à faire est d’avoir son propre avis donc je l’ajoute quand même à ma wish list et on verra bien si l’occasion de le lire se présente ou pas. 😉

    • Tristhenya  dit:

      Désolée pour le soufflé retombé 🙁 Je suis toujours un maximum honnête dans mes critiques, que ce soit positif ou pas. Mais il ne faut pas s’arrêter à cela. Tu as bien raison de l’avoir ajouté dans ta wish-list, car si ça se trouve, cette lecture te plaira beaucoup 😀
      Heureusement, d’ailleurs, que tous les goûts et les couleurs sont dans la nature ! Le monde serait bien triste et on n’aurait pas grand-chose à se raconter sans ça ! 😉

Laisser un commentaire