Cellulaire de Stephen King

Titre : Cellulaire
Titre original : Cell
Auteur : Stephen King
Edition et parution : Le livre de poche, 2007
Nombre de pages : 533

Quatrième de couverture : Le monde civilisé ne disparaît pas dans un bruit de tonnerre ou un gémissement. Il finit sur un simple appel de votre portable. On se souviendra de ce qui est arrivé un bel après-midi de 1er octobre, comme de « La Pulsation ». Un signal envoyé à tous les portables qui transformera leurs utilisateurs en quelque chose de… comment dire ?, pas tout à fait humain. Sauvage, meurtrier, d’une violence aveugle et déchaînée. Acte terroriste ? Canular cybernétique devenu incontrôlable ? Peu importe aux rescapés de cette attaque technologique. Ce qui leur importe avant tout, c’est de s’en sortir. Un groupe de « Normaux » – c’est ainsi qu’ils se considèrent – se rassemblent alors sur le terrain de sport d’un lycée où, dans la clarté de la lune, les attend une chose monstrueusement terrifiante.

 

Extrait choisi :

« Restons-en à l’idée que l’homme est parvenu à dominer la planète grâce à deux traits essentiels : le premier est l’intelligence, le second est sa volonté absolue d’éliminer tout ce qui voudrait se mettre sur son chemin. »

Mon avis :

Le ton est donné, ce livre dédié à Richard Matheson (« Je suis une légende ») et Georges Romero (« La nuit des morts vivants »). L’histoire est basée sur une épidémie se déclenchant par les ondes des téléphones portables. Toutes les personnes utilisant leur téléphone se transforment alors en déments aliénés et psychopathes (des genres de zombies).

Débordée en quelques heures seulement la police ne sait rien faire… Les personnes encore saines d’esprit essaient et se doivent de quitter la ville en proie du chaos le plus vite possible avant d’être transformés en chair a pâté… Le ton est donné et l’on à qu’une seule envie, découvrir la suite !

Au niveau des personnages, ils sont attachants et sympathiques mais sans plus, ils subissent plus qu’ils ne vivent cette apocalypse… Stephen King nous ayant habitués a des portraits psychologiques assez poussés, se révèle incapable de les approfondir ici afin de les rendre attrayants.

Mais malgré ces quelques petits défauts, cette histoire se laisse lire, elle est distrayante et on a l’envie de connaitre la suite. Il y à quelques moments de suspense assez intéressants, mais mlheureusement ça retombe comme un soufflet à la fin car, celle-ci est absolument décevante, on n’apprend rien et on n’y comprend rien, j’ai vraiment eu l’impression que l’auteur l’avait bâclée… Et, je l’avoue, je suis restée sur ma faim !

De plus, il y a quelques répétitions assez embêtantes, des passages un peu trop longs et des détails qui n’apportent absolument rien à l’histoire (la bébé-Nike par exemple)… Ça à pas mal ralenti ma lecture et ça m’a aussi assez agacée par moment…

Parmi tous les livres de Stephen King que j’ai lus, celui-ci n’est pas son meilleur, mais il n’est pas le plus mauvais non plus. Malgré une histoire rythmée, plausible (au début), on n’a aucunes réponses à nos questions. Comment et par qui sont apparues ces ondes téléphoniques détruisant le cerveau de leurs utilisateurs ? On n’en sait rien… Attaque terroriste, ou autre ? J’aurais bien aimé le savoir…

Enfin bref, un avis plus que mitigé, même si au final, j’ai quand même passé un bon moment lecture. Cette histoire contentera sans aucun doute les fans de contaminés et autres zombies ^^

Note : 7/10 (Une excellente lecture, n’hésitez pas !)

7 - Excellente lecture, n'hésitez pas !

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire