Métro 2034 de Dmitry Glukhovsky

Titre : Métro 2034
Titre original : Mempo 2034
Auteur : Dmitry Glukhovsky
Édition et Parution : L’atalante, 2011
Nombre de pages : 416

Quatrième de couverture : La Sevastopolskaya, une des stations habitées les plus méridionales du métro moscovite, produit une grande part de l’électricité qui alimente celui-ci. Harcelée par des monstres des tunnels sud, elle ne doit sa survie qu’au courage de ses défenseurs et à  l’afflux constant de munitions en provenance de la Hanse. Cependant, la dernière caravane d’approvisionnement n’est jamais revenue de la ligne Circulaire, pas plus que les groupes de reconnaissance envoyés à  sa recherche.

 

Extraits choisis :

« L’âme n’est jamais noire à la naissance. Elle est transparente. Puis elle s’assombrit petit à petit à chaque fois que tu t’absous d’une mauvaise action, quand tu lui trouves une justification quand tu te dis que ce n’est qu’un jeu. Mais à quel moment la noirceur l’emporte-t-elle sur la pureté ? Peu de gens parviennent à sentir ce moment précis et pour cause: on ne se voit pas de l’intérieur. »

« La peur et la terreur sont deux choses bien distinctes. La peur vous donne un coup de fouet, vous oblige à agir, à faire preuve d’imagination. La terreur, elle, paralyse les membres, arrête les pensées, prive les hommes de leurs ressources. »

 

Mon avis :

Un deuxième tome très réussi, même s’il ne s’agit pas d’une suite directe du roman précédent. Cette fois nous ne voyagerons pas aux quatre coins du métro, mais nous resterons plutôt dans un périmètre limité, ce qui s’avère assez dommage étant donné l’étendue de ce réseau sous-terrain découvert dans le tome 1 ! Mais malgré cela, les lieux sont envoûtants, terrifiants et remarquablement bien décrits ! On ne sait jamais ce qui peut se cacher dans l’obscurité et ça permet au stress de monter petit à petit.

Le seul point négatif pour moi est de ne pas y avoir retrouvé Artyom le personnage principal du premier tome « Metro 2033 » ! On le croise seulement au détour d’un tunnel, mais sans plus ! A la place on y fait la (re)découverte de trois personnages très intéressants : Hunter (déjà croisé dans Métro 2033), Homère et Sasha. Bien plus tard un quatrième personnage fera son apparition. Il se prénommera Léonid, un jeune garçon assez détestable je dois dire !

Dans l’ensemble, j’ai beaucoup apprécié ce trio car ils m’ont semblés très complets et détaillés. Pour ma part j’ai particulièrement accroché à Sasha (Une fille fait enfin partie de l’aventure !). Sa naïveté et son innocence face à  ce monde de brutes m’ont beaucoup touchée… J’ai aussi bien aimé Homère un vieil homme au grand coeur qui passe son temps à écrire sa vie dans un journal car malgré les circonstances rudes, il souhaite transmettre ses mémoires aux futures générations !

L’action et le suspense sont au rendez-vous. Je me suis sentie happée par cette histoire et je n’ai pas pu refermer ce livre avant de l’avoir terminé. Le style de l’auteur est quant à lui toujours aussi bon, fluide et cohérent, la traduction m’a cette fois semblée excellente. C’est un roman très agréable à lire et sans trop vous en révéler, je peux vous dire que j’ai trouvé la fin passionnante, même si elle est un peu vague ! Mais qui sait, cela est peut-être fait exprès pour laisser la porte ouverte au tome 3 « Metro 2035 » ? Je l’espère en tout cas !

Pour conclure, j’ai tout autant aimé le premier que le deuxième tome, même si j’ai trouvé celui-ci un peu plus  » prenant « .

 

Note : 7/10 (Une excellente lecture, n’hésitez pas !)

7 - Excellente lecture, n'hésitez pas !

Laisser un commentaire