Les quatre filles du docteur March de Louisa May Alcott

 

Titre : Les quatre filles du docteur March
Titre original : Little woman
Auteur : Louisa May Alcott
Edition et parution : Le livre de poche (Jeunesse), 2009
Nombre de pages : 278

Quatrième de couverture : Dans une petite ville américaine, la famille March s’apprête à fêter Noël. Mais pour Meg, Jo, Beth et Amy, le cœur n’y est pas : la guerre de Sécession a été déclarée et leur père, qui a choisi de s’enrôler comme aumônier, est parti au front. Pendant ce temps, les quatre sœurs doivent vaquer aux tâches quotidiennes avec leur mère, secondée par la fidèle Hannah. La vie s’organise, avec son lot de joies et de peines, de bonnes résolutions, de francs éclats de rire, d’amitiés qui se nouent… Chacune a son tempérament : Meg, l’aînée, seize ans, romantique ; Jo, le garçon manqué ; Beth, douce et altruiste ; Amy, onze ans, petite coquette… Toutes les quatre font l’apprentissage de la vie au fil d’épreuves parfois poignantes, mais aussi d’aventures cocasses ou tendres. Une belle leçon de bonheur et d’humanité…

 

« La pauvre Meg, qui les voyait dépenser sans compter en frivolités qu’elle-même était bien incapable de se payer, se plaignait rarement, mais parfois un sentiment d’injustice la rendait amère. Elle en voulait alors au monde entier, car elle n’avait pas encore appris à estimer à leur juste valeur les bienfaits dont elle était comblée et qui font le véritable bonheur. »

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un classique de la littérature américaine qui nous embarque dans la vie quotidienne des quatre sœurs March pleines de vie et de caractère. Bien sûr, je connais cette histoire depuis l’enfance, notamment grâce aux différentes adaptations qui en ont découlé et qui sont assez réussies pour la plupart. Mais j’ai aussi lu le livre de nombreuses fois depuis lors.

Au travers de cette histoire, on fait la connaissance des quatre sœurs March. Meg est l’aînée et la plus sage. Jo(séphine) est un vrai garçon manqué très effrontée et imaginative. Beth est une enfant timide et très bonne musicienne. Et enfin, la cadette, Amy est une vraie petite canaille qui adore embêter ses grandes sœurs.

Il est agréable de découvrir le quotidien plein de tendresse de cette tribu de femmes qui vit dans l’attente des nouvelles de leur père parti à la guerre… Les quatre filles March gravitent autour d’une mère aimante et dévouée, tout en faisant leur possible pour conserver un brin de gaieté dans leur vie. Ce sont des jeunes filles pleines de ressources qui inventent des jeux et créent des pièces de théâtre.

Le jour où des nouveaux voisins (Laurie et son grand père James) emménagent dans la maison d’à côté, Jo très téméraire se lie rapidement d’amitié avec le jeune garçon. Je me demande encore pourquoi l’auteure l’a prénommé comme ça ?! Laurie est un prénom féminin ! Je le sais bien, puisque c’est celui que je porte depuis ma naissance… Non mais franchement, vous en connaissez beaucoup des garçons qui s’appellent Laurie, vous ?

Enfin bon, que soit… Tous ensemble, ils vont vivre de nombreuses aventures et c’est un réel plaisir pour le lecteur de découvrir les destins si différents de ces quatre jeunes filles et de leur entourage. Car il faut savoir que tous les personnages rencontrés dans ce roman sont extrêmement attachants ! Mes chouchoutes sont Jo et Amy.

Pourquoi ? Car j’avais à peu près l’âge d’Amy quand j’ai découvert cette histoire pour la première fois, alors je m’étais facilement identifiée à elle ! Et puis j’étais une canaille moi aussi et j’adorais ennuyer ma grande sœur 😀 Cependant en grandissant, j’ai plutôt eu tendance à m’identifier à Jo avec son côté garçon manquer et son amour des livres et des mots. ^^

Certains passages sont hilarants, d’autres au contraire sont très émouvants… Alors, si vous êtes sensibles (comme moi), il vous sera très difficile de retenir vos larmes en lisant certains passages 🙁 Pensez à vous préparer une boite de Kleenex à proximité. 😉

La plume de Louisa May Alcott est sympathique, parfois un peu enfantine, certes, mais vraiment agréable ! Le style, des descriptions comme des dialogues sont par moment assez désuets, mais cela fait plaisir de retrouver au fil des pages ces expressions du passé et ce langage à l’ancienne qui résonne agréablement dans mon cœur de lectrice.

La vision de la femme et sa place dans la société a bien changé depuis cette époque et ce sont des valeurs très conventionnelles qui sont mises en avant dans ce roman. Cependant, ces idéaux et ces convenances sont également profondément progressiste pour l’époque, grâce à la figure audacieuse et emblématique de Jo. Elle revendiquera la liberté et l’indépendance pour avoir le droit de vivre de sa plume.

On retiendra particulièrement Jo pour sa témérité légendaire. Mais au final, les quatre jeunes filles suivront leur propre pèlerinage tout au long de ce roman en étant mises chacune, tour à tour, à l’épreuve afin d’en ressortir grandies. Tels de papillons qui sortent de leur chrysalides. Au travers ses personnages, l’auteur met en quelque sorte en avant un idéal féminin dont chacune des sœurs en incarne les différentes facettes.

On retrouvera cet aspect, bien plus présent dans les adaptations télévisuelles. En effet, le roman est plus édulcoré avec une forte présence de valeurs morales. Le message religieux et la grande place de Dieu dans le cœur des personnages pourraient faire de ce livre une sorte de « Traité d’éducation des jeunes filles ». Cette version papier est avant tout le témoignage, le portrait d’une époque et d’une manière de vivre.

Si vous ne l’avez pas encore lu, c’est un classique que je conseille autant aux petits qu’aux grands. Vous ne serez pas déçus par cette histoire ! Quant à moi, j’ai découvert en rédigeant cette chronique qu’il existait plusieurs suites donc je n’avais pas connaissance ! Je compte me les procurer au plus vite ! En plus, ce sera un bon prétexte pour relire celui-ci afin de me remettre dans l’ambiance.

10/10 (Une lecture coup de cœur, un must !)

 

Plusieurs films parus au cinéma (ou pas) ont vu le jour. La toute première adaptation de ce roman fête d’ailleurs ses 100 ans cette année. Il s’agit d’un film muet réalisé par Harley Knoles en 1918. Mais personnellement, je m’intéresse plus particulièrement au film de 1995 qui avait d’ailleurs un excellent casting avec Winona Ryder dans le rôle le de Jo March ou Kirsten Dunst dans le rôle de Amy March. C’est un film que je ne me lasse pas de revoir de temps en temps car je le trouve très bien adapté du roman, tout en allant un peu plus loin.

L’adaptation en série animée de 1987 à quant à elle bercé mon enfance et j’ai toujours un petit pincement au cœur lorsque j’entends le générique. Ahhh là la nostalgie quand tu nous tiens… Une nouvelle adaptation en série télévisée est prévue. Elle devrait être diffusée dans le courant du mois de mars 2018 !

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.